Voyage pittoresque dans le Brésil PDF

Vue prise de la presqu’île des Tombeaux, au voyage pittoresque dans le Brésil PDF du Spitzberg. Bien que destiné par ses parents à l’état ecclésiastique, François-Auguste Biard se consacre à la peinture.


Voyage pittoresque dans le Brésil / par Maurice Rugendas ; traduit de l’allemand par M. de Golbéry,…
Date de l’édition originale : 1835

Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Toutefois Biard reste un élève relativement autonome qui ne suit la formation que par intervalles plus ou moins réguliers. Il se met ensuite à voyager, et parcourt l’Italie, les îles de la Grèce et le Levant. 1818 son premier tableau de genre, les Enfants perdus dans la forêt, que la gravure rendit bientôt populaire, puis il entreprend d’autres voyages dans différentes contrées européennes. Lors du premier salon parisien auquel il participe, en 1824, il est accueilli très favorablement par les critiques et plus particulièrement, Auguste Jal, à l’inverse de ses collègues, élèves, eux aussi, de Revoil. En 1824, l’archevêché commande quatre tableaux aux élèves de Pierre Révoil. Biard fait partie des peintres sollicités.

La même année il participe au salon de Paris. Il participera de manière régulière aux salons de Paris mais restera fidèle également aux salons lyonnais. Il sera soutenu par la Monarchie de Juillet, qui acquiert plusieurs de ses tableaux. 1827, Biard entame toute une série de longs voyages. Il commence par faire un tour du bassin méditerranéen. Il fait escale à Malte, à Chypre, en Syrie, puis en Égypte.

Il s’est marié à Léonie le 23 juillet 1840, à Paris. Plus tard, de 1843 à 1850, elle deviendra la maîtresse de Victor Hugo. Le 5 juillet 1845, elle est surprise avec Hugo en flagrant délit d’adultère dans un hôtel du passage Saint-Roch. Au bout de deux mois, elle fut transférée au couvent des Dames de Saint Michel.

Elle est entrée dans la carrière littéraire sous son nom de jeune fille, après sa séparation judiciaire de son mari en 1855. Vers 1858, il séjourne deux ans au Brésil. Il reste environ un an à Rio de Janeiro où il côtoie l’aristocratie brésilienne et travaille à la cour de l’empereur Pedro II, son ami, et il effectue des expéditions dans l’intérieur du pays et ensuite en Amazonie. Avant son retour du Brésil, Biard passe par l’Amérique du Nord. Le travail de François Biard ne fait pas l’unanimité. Si les critiques parisiens comme Auguste Jal puis Delécluse en font l’apologie et que de nombreux personnages de l’aristocratie comme le Duc d’Orléans le soutiennent, à Lyon en revanche l’accueil est beaucoup plus sec et cela s’accentue après 1870.