Une fin ou l’autre PDF

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la communauté bénéficie d’un accès régulier à Une fin ou l’autre PDF, et le rythme de croissance des publications s’accélère.


Dans le cours de notre existence, la façon d’envisager notre finitude détermine notre être au monde. Faire suivre cette finitude à priori du néant, donc de l’abandon et de la perte de tout sens, correspond immanquablement à la recherche de fusion ou de prolongement avec tout ceux ou tout ce qui nous entourent. Nous leur attribuons, alors, une toute-puissance qui les font devenir, pour nous, le commencement et la fin. Le but de cet essai est d’inviter le lecteur à un parcours original en tendant quelques fils au-dessus de ce néant. Pour ce faire, l’auteur traverse résolument l’angoisse, la violence et la folie qui résultent de cette façon de voir, questionnant l’inconscient et l’innommé qui régissent cette fin. . .

Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne.

De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques.

L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone. En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette. En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public. Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière.