Translatio: Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation PDF

Elle met en relation au moins deux langues et deux cultures, et parfois deux époques. Le concept de traduction repose depuis longtemps sur des dichotomies telles que  fidélité  versus  liberté ,  fidélité à la lettre  versus  fidélité à l’esprit ,  traduction sourcière  versus  traduction cibliste , etc. Le bon traducteur possède plus que des compétences linguistiques : il doit être capable translatio: Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation PDF’analyser le texte, et lui-même posséder des qualités d’écriture. La discipline qui s’intéresse à la traduction se nomme la traductologie.


Concentration croissante de l’édition, montée en puissance des agents littéraires, emprise des contraintes commerciales sur la circulation des livres, domination de l’anglais d’un côté, diversification des langues traduites de l’autre… Les flux de traductions favorisent-ils le dialogue entre communautés nationales ? Sont-ils au contraire l’expression d’un impérialisme économique qui s’accompagne d’une hégémonie culturelle ? Première analyse sociologique du marché mondial de la traduction, l’enquête menée par Gisèle Sapiro et son équipe offre une radiographie passionnante de notre paysage éditorial : circulation des œuvres d’un pays à l’autre, logiques du marché, spécificités de la réception, stratégies d’universalisation. Ou comment, contre la « marchandisation » du livre, une autre mondialisation éditoriale se fait jour, qui passe par des réseaux intellectuels, des alliances entre petits éditeurs indépendants et défenseurs de la diversité culturelle. Une contribution majeure pour comprendre la place de la France sur le marché du livre à l’heure de la globalisation.

Il existe une importante hiérarchisation des langues d’ interfacage  dans ce réseau, avec des nuances selon le média étudié. Les personnes ou institutions bilingue ou multilingues apparaissent donc comme des  nœuds  importants dans le réseau de transmission des informations et des idées. Les utilisateurs qu’ils ont étudiés constituent une sorte d’élite, alphabétisée et  en ligne . On ne dispose pas de statistiques exhaustives du nombre de textes traduits dans le monde, en raison notamment d’un grand nombre de traductions faites dans la littérature grise ou diffusées via l’internet sans passer par les réseaux classiques. Dans le monde, le document le plus traduit serait, d’après le livre des records en 2009, la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les francophones ont donc accès à environ 7000 à 9100 titres étrangers traduits en français et publiés. Or les ouvrages ont longtemps été copiés et recopiés à la main.

Ils sont parfois rares ou uniques. Les bibliothèques et lieux d’archives sont des lieux importants pour les traducteurs. Le principe de la traduction littérale ou formelle reste centrée sur les mots et syntaxes originels, les privilégiant avant tout, au risque de les rendre peu intelligibles dans un contexte historique différent. Courant interprétatif : théorie du sens de l’E. T, basée principalement sur la pratique de l’interprétation de conférences. Dans leur ouvrage Interpréter pour traduire , D.

Lederer soutiennent qu’il faut traduire le sens et non pas la langue. Celle-ci n’est qu’un simple transporteur du message. La langue peut être un obstacle à la compréhension. Le concept d’énergie dans la langue : Les mots sont, en quelque sorte, une cristallisation du vécu historique d’une culture, ce qui leur donne une force et c’est justement cette énergie qu’il faut traduire. Structuralisme, linguistique, pragmatique, linguistique du texte. C’est un courant qui considère le mot, le syntagme et la phrase comme unités de traduction. Georges Mounin, Vinay et Darbelnet, J.

Le chef de file de ce courant est George Steiner. La sémiotique est l’étude des signes et des systèmes de signification. Aussi, d’un point de vue sémiotique, toute traduction est envisagée comme une forme d’interprétation qui porte sur des textes ayant un contenu encyclopédique différent et un contexte socioculturel particulier. Sur le marché du travail, on distingue deux types de traduction : la traduction de textes techniques et la traduction littéraire. La majorité des traducteurs professionnels traduisent des textes techniques. Les traducteurs littéraires sont attachés à une maison d’édition ou auto-entrepreneurs.