Traité de l’amour parfait PDF

Le géocentrisme est un modèle physique ancien selon lequel la Terre se trouve immobile, au centre de l’univers. Cette théorie date de l’Antiquité et traité de l’amour parfait PDF été notamment défendue par Aristote et Ptolémée. Le modèle de Ptolémée a été abandonné à la suite de la précision croissante des mesures qui ne permettait plus de tolérer les erreurs qu’il engendrait.


Le géocentrisme est autant une tentative scientifique d’expliquer l’univers qu’une conception philosophique de ce monde. Quelles étaient les causes attribuées aux rotations diverses observées ou déduites ? Représentation par Valentin Naboth en 1573 du modèle astronomique géo-héliocentrique d’Héraclide du Pont tel que transmis par Martianus Capella. La dixième sphère est celle qui porte les étoiles. L’aspect le plus original du modèle des pythagoriciens est leur tentative de faire coïncider intervalles musicaux et distances entre les sphères. 7 planètes évoluent dans une région intermédiaire.

Eudoxe de Cnide imagine 27 sphères concentriques mais ne tournant pas suivant le même axe, ce qui permet d’expliquer les différences de latitude des planètes. Cette théorie sera assez populaire dans l’Antiquité pour encore être reprise dans l’ouvrage encyclopédique de Martianus Capella vers 420, grâce à quoi elle sera connue de Copernic. Cependant, aucun de ces modèles ne permet d’intégrer le mouvement rétrograde de certaines planètes, ni les variations de vitesse dans les mouvements. Dans le modèle géocentrique la Terre est ronde. L’univers, alors fini dans l’espace, se divise en deux parties : le monde sublunaire et supralunaire.

Cependant un problème se posait quant à la trajectoire des planètes. Celles-ci semblaient, par moments, revenir en arrière quelque temps avant de reprendre leur course dans le sens  normal , c’est la rétrogradation. Les planètes tournent sur un épicycle qui lui-même tourne sur un déférent. Ce système permet de modéliser le mouvement rétrograde des planètes. Les planètes tournent sur des roues appelées épicycles.