Thérapie cognitive de groupe : Une approche de traitement pour personnes âgées dépressives PDF

La découverte de la pénicilline et les campagnes de vaccination massive rendirent cette approche moins prometteuse et elle finit presque par tomber dans l’oubli. Ce n’est qu’en 1984 que l’utilisation de la luminothérapie en psychiatrie clinique fit sa première apparition pour soigner la dépression saisonnière. Cette thérapie cognitive de groupe : Une approche de traitement pour personnes âgées dépressives PDF est faite par Norman E.


Dès que vous vous sentez plus triste, réfléchissez et essayez de vous rappeler quelle pensée a déclenché ou augmenté ce sentiment. Cette pensée peut être une réaction à quelque chose qui s’est produit récemment ou ça peut être le souvenir d’un événement passé. Votre pensée est porteuse : d’opinions négatives de vous-même, de blâme et de critique de soi, d’interprétations négatives de l’avenir, de responsabilités perçues comme accablantes. Quelques moyens pour reconnaître la pensée dépressive, les idées négatives sont portées à être automatiques, les pensées sont déraisonnables et n’ont pas de fin utile, les pensées quoique déraisonnables semblent probablement plausibles lorsque vous les avez, plus vous acceptez sans critique vos pensées négatives, plus vous vous sentez déprimé, plus vous interprétez tout d’une manière négative.

Mais malgré des résultats spectaculaires, la reconnaissance de cette technique fut extrêmement longue, au point de décourager certains chercheurs. C’est une honte qu’un si grand nombre de personnes ne puissent avoir accès à la luminothérapie, cela, uniquement parce que les médecins ne connaissent pas ce traitement . Ceci expliquant la fatigue durant la journée. De plus, il y a une  reprogrammation  de l’horloge biologique permettant une sécrétion normale de la mélatonine la nuit en fonction des phases du sommeil. Par son inhibition de la sécrétion de mélatonine, la lumière permet un réveil amélioré et une meilleure vigilance. Habituellement, une lampe au mercure est utilisée mais d’autres technologies existent. Jusqu’à maintenant, seules les études chez les animaux ont pu montrer un tel effet.

Il est cependant plus prudent d’utiliser les lampes de luminothérapie qui ont prouvé leurs effets et qui sont utilisées depuis plus de 20 ans sans dommage à long terme. La chaleur dégagée par une lampe à lumière blanche est la même que celle d’une lampe ordinaire. Lorsqu’on utilise un tel appareil, plus la quantité de lux est élevée, moins le traitement est long. Par exemple, il faut s’exposer 30 minutes avec une lampe qui émet 10,000 lux, et 60 minutes si elle en émet 5 000. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. La dépression saisonnière, ou blues de l’hiver, se caractérise par des symptômes dits « atypiques » puisqu’ils sont différents de ceux d’une dépression standard.

Les femmes seraient plus touchées que les hommes. Certaines études américaines proposent l’association de la luminothérapie et d’un antidépresseur sérotoninergique. Cette association permet de raccourcir le délai de réponse de l’antidépresseur et, même dans certains cas, de diminuer le dosage des médicaments. Utilisée en fin de traitement, la luminothérapie permet d’allonger la période de « bien-être » du patient. Pour un travail de nuit, la luminothérapie est utilisée au moment qui correspond au début de la journée de travail. Une deuxième exposition à la lumière est préconisée vers 1h. Pour un travail de « pauses », il faut qu’il n’y ait pas de changement d’horaires sur une durée de minimum 7 jours.

La luminothérapie permet de remettre à l’heure l’horloge interne du patient qui présente des décalages de phases ou des insomnies. Une séance de luminothérapie vers 17 h retardera la phase de sommeil vers la nuit. Retard de phase de sommeil : le patient s’endort tard et se réveille tard. Une séance matinale de luminothérapie recalera la phase de sommeil vers la nuit. La luminothérapie a été citée comme une des meilleures thérapies non médicamenteuses de l’insomnie.

Lorsqu’un individu voyage en « sautant » des fuseaux horaires, il ressent un état de fatigue ou d’éveil à un mauvais moment de la journée. Pour se remettre en phase avec le nouvel horaire du pays dans lequel il va, celui-ci a besoin d’un jour de « réadaptation » par fuseau horaire « sauté » . Unis engendre un décalage de 6 heures par rapport à l’horaire de départ. Se mettre directement à l’heure de la destination : régler la montre à l’heure de la destination future et imaginer la présence sur place. Adapter le comportement en fonction du nouvel horaire. Consommer des protéines, riches en tyrosine et pauvres en sucres augmente l’excitation des neurotransmetteurs dont la sérotonine et provoque l’éveil.

Pour trouver le sommeil, prendre un repas riche en glucides. La chronobiologie préconise la prise d’un médicament en fonction du métabolisme de celui-ci en effet notre horloge biologique règle les rythmes hépatiques. Pour le médecin, le diagnostic n’est pas aisé et ce type d’état du patient est très controversé. Une femme sur dix environ présente un état dépressif pendant sa grossesse.