Signes des temps PDF

La Compagne Danse des Signes est au carrefour entre danse, théâtre, et langue des signes. Elle voit le jour en 2009 à l’initiative de Lucie Signes des temps PDF, qui au cours de ses expériences de danseuse et comédienne bilingue, se demande : pourquoi pas une pièce dansée, jouée, vécue, seulement en langue des signes ? Après plusieurs essais de sensibilisation à l’univers du signe théâtral, elle va plus loin dans ce pari avec la pièce « Les Survivants ». La compagnie mène depuis un travail de transposition des œuvres du répertoire en Langue des Signes, en même temps qu’elle crée des ponts entre tous les possibles de l’expressivité.


Etat-ce la Belle Époque, était-ce l’arrivée d’un avenir incertain ou le prélude de l’inéluctable catastrophe de la Première Guerre mondiale ? De toute évidence, le début du XXe siècle fut une période de changements fondamentaux, étonnamment semblable à notre époque actuelle. La puissance des bouleversements techniques, économiques et sociaux a déclenché peurs et espoirs, incertitudes et rêves de toute-puissance, ivresse du péché et aspirations de rédemption. Dans le foisonnement d’images illustrant cette époque à cheval entre les XIXe et XXe siècles, les auteurs ont choisi des oeuvres extraites de contextes nationaux et artistiques variés et les présentent comme autant de signes d’une situation singulière. Plus d’une quarantaine d’artistes originaires de six nations européennes sont réunis autour de thématiques qui permettent de sonder les limites et les liens entre des courants artistiques pourtant distincts comme le naturalisme, le symbolisme ou encore l’expressionnisme. Ensemble, ils révèlent la signature plastique d’une époque baignée d’incertitudes. Des visions de peur, de menaces, d’apocalypse côtoient des projets de mondes utopiques et idylliques. Interprétées aujourd’hui comme «signes des temps», ces oeuvres sont avant tout le témoignage d’un monde en révolution que nous tâchons de comprendre a posteriori comme les images visionnaires d’un futur sombre. Les oeuvres reprises dans ce livre sont multiples : peintures, sculptures, oeuvres graphiques ou photographiques d’artistes allemands, français, belges, suisses ou autrichiens, issues de grandes collections internationales : Georges Minne, Auguste Rodin, Edward Munch, Félicien Rops, Alfred Kubin ou encore Léon Spilliaert, Fernand Khnopff, Arnold Schönberg, James Ensor, Ludwig Meidner.

S’appuyant tant sur des textes de théâtre, d’auteurs, de poésie, de chanson, que sur des œuvres picturales, sculpturales, ou cinématographiques, tout est support à jeu visuel et à sensations. Nous jouons donc, sur tous les plans, vers un théâtre généreux et inspirant. La danse contemporaine a ensuite formidablement délié le corps jusqu’à devenir une abstraction mouvementée. Comment continuer aujourd’hui à nourrir ce lien entre sens et mouvement ? La danse des signes naît de cette nécessité là, de dire en même temps que bouger, exprimer tout en respirant, être poète en dansant.

Les mots donnent naissance à une nouvelle danse, qui s’appuie sur les états d’être, sur le dire, sur le texte, et va vers une chorégraphie porteuse de sens. Ce processus se fait entre corps, textes, signes, mouvements et sensations. Lucie Lataste Bercée par le théâtre et la danse contemporaine dès l’âge de sept ans, elle termine ses études de philosophie par une recherche sur le processus de création autour du travail théâtral de Peter Brook. A 15 ans, lors d’un été en bord de mer, c’est la rencontre avec Flora, son amie sourde. Elle lui fait découvrir sa langue des signes, avec les mots dessinés sur le sable. Approfondissant la langue des signes dans des études d’interprète, elle participe aux formations pour les acteurs en langue des signes auprès de l’IVT dirigé par Emanuelle Laborit. Au fil de ses créations, interventions, échanges et rencontres, la danse des signes en lien avec les textes du répertoire s’affirme comme un langage artistique à part entière.