Récits militaires, Crimée et Italie PDF

La Crimée, située sur la côte nord de récits militaires, Crimée et Italie PDF mer Noire, a une histoire propre documentée depuis plusieurs millénaires. Son territoire a été habité par de nombreux peuples au cours de son histoire. 1783, les autorités russes ont tenté de faire revivre l’ancien nom de  Tauride  en appelant ainsi le gouvernement englobant la Crimée.


Récits militaires, Crimée et Italie / par L. Le Saint
Date de l’édition originale : 1867
Sujet de l’ouvrage : Guerre de Crimée (1853-1856)Italie — Histoire militaire — 19e siècle
Collection : Bibliothèque chrétienne et morale

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Mais  Tauride  n’a été utilisé que dans les documents officiels et  Crimée  est resté le nom habituel de la péninsule. Articles détaillés : Tauride, Taures, Royaume du Bosphore et Royaume du Pont. Les colonies grecques du nord de la mer Noire. Les premiers habitants de la future Crimée dont on connaisse le nom sont les Cimmériens.

Peu à peu, la Crimée est intégrée au monde grec. La péninsule criméenne restera hellénistique durant dix-sept siècles. Pont, s’empare de la Crimée, appelé par les Grecs de la région que menacent les Scythes. Articles détaillés : Goths de Crimée, Principauté de Théodoros, Gazarie et Tatars de Crimée. La moitié sud de la Crimée reste longtemps gréco-romaine.

En témoigne la présence de nombreuses églises et monastères arméniens comme le monastère de la Sainte-Croix de Sourkhat. En 1362, l’Empire byzantin récupère le thème de Théodoros avec Doros pour capitale. Paléologue le confie à l’un de ses parents, le thémarque Demetrios Paleologue Gavras. Les descendants de celui-ci en feront un État grec orthodoxe quasi indépendant. Articles détaillés : Horde d’or et Khanat de Crimée. La Crimée représentée sur une carte de l’amiral turc Piri Reis, vers 1520.

Le khanat de Crimée vers 1600. Le khanat des Tatars Nogaïs était initialement chamaniste et indépendant. En 1569, le khanat attaqua Astrakhan, qui était passé sous le contrôle de la Russie. Giray, lancèrent un raid contre Moscou, faisant environ 100 000 prisonniers emmenés en esclavage. En 1578, le khanat aida l’Empire ottoman dans une guerre contre les Perses.

Grecs pontiques ne soutiennent les Russes, le khanat de Crimée en expulsa des milliers vers la Dobrogée et le Pont. Khanat en 1783, entérinée par le traité de Jassy. Des nouvelles villes slaves furent édifiées, ainsi que des voies ferrées construites et des marais asséchés. En 1853, l’Empire ottoman en plein déclin décida, avec le soutien de la Grande-Bretagne et de la France, de mettre un coup d’arrêt à l’expansion économique et territoriale russe. Les alliés de circonstances attaquèrent la péninsule.

Ce fut surtout après 1860 que la Crimée se releva et devint une véritable riviera russe. Les empereurs de Russie aimaient à séjourner dans leur palais de Livadia. Tatars restant, peu nombreux, ne présentaient plus une menace à ses yeux. Les nationalités allogènes de l’Empire russe profitent de la révolution pour essayer de se soustraire à la domination russe.