Origine du nom de famille LAY (Oeuvres courtes) PDF

Un clip, vidéoclip ou clip vidéo est un film court, réalisé à partir d’un origine du nom de famille LAY (Oeuvres courtes) PDF de musique ou d’une chanson. Le clip désigne ainsi l’extrait caractéristique d’un concert ou d’un spectacle musical, ou le titre choisi comme étant le meilleur dans l’album d’un chanteur.


Origine du nom de famille LAY

Le sens développé ici insiste sur le rôle de support promotionnel d’un clip pour tel concert ou tel album. Parfois, le clip participe à la promotion d’un film, dont il est extrait, ou qu’il illustre en tant que faisant partie intégrante de la bande originale. En dehors des concerts, et plus particulièrement sur les chaînes de télévision, le clip est un élément important de la propagation de l’image d’un groupe ou d’un chanteur, et aussi de l’évolution de cette image. Au départ utilisés dans un but strictement promotionnel, les clips sont devenus, peu à peu et depuis leur généralisation dans les années 1980, une forme d’art à part entière étant également un bon moyen de se former aux techniques cinématographiques et de faire passer des messages plus ou moins explicites.

La recherche de coupler les images animées et le son est un souci qui apparaît dès les premiers films du cinéma. Les films sont ensuite présentés au public sur une machine à visionnement individuel, le kinétoscope. Edison lance une exploitation fructueuse de cet appareil en ouvrant des Kinetoscope Parlors dans quelques villes, ou en autorisant l’exploitation sous licence dans d’autres villes du territoire américain et à l’étranger. Devant ce succès, Edison se refuse à mettre au point un appareil pour projeter les films sur grand écran, malgré les conseils de Dickson pour qui un tel procédé ne se heurterait à aucun problème de conception mécanique.

70 mm de large, avec ou sans substance photosensible, et sans perforations. En le perforant sur les côtés et en le découpant en deux sur sa largeur,  Edison fit accomplir au cinéma une étape décisive, en créant le film moderne de 35 mm, à quatre paires de perforations par image. Par exemple, trois cylindres différents sont proposés pour accompagner la danseuse américaine hispanisante Carmencita : Valse Santiago, La Paloma et Alma-Danza Spagnola. Le procédé utilisé différaitétait différent de celui mis au point chez Edison.

L’enregistrement du son utilisait un disque de cire au lieu d’un cylindre, et était effectué indépendamment du film. Certains historiens citent des expérimentations qui peuvent être rattachées à ce qui deviendra le clip. Ainsi, Peter Fraser cite les expérimentations d’Oskar Fischinger, dès les années 1920. En 1926 est présenté par les frères Warner le premier long métrage sonore : Don Juan, d’Alan Crosland, agrémenté de musique et de bruitage. En 1929, l’enregistrement sonore par procédé optique dispose le son directement le long de la bande image. Le couple images et sons figure dorénavant sur le même support, facilitant ainsi son transport et son rendu dans les salles de cinéma.