Moselle: Maisons et fermes en pan de bois PDF

Bâtisses à pans de bois place du Champ-Jacquet dans le centre de Rennes moselle: Maisons et fermes en pan de bois PDF Bretagne. Maisons à colombages dans la cité médiévale de Thiers.


Cette ossature de bois est constituée de pans de bois dont les poutres délimitent des compartiments appelés carreaux. Le hourdage, qui forme les murs et qui a un rôle de remplissage et de raidisseur. L’habitation a beaucoup plus changé qu’il n’apparaît car, aujourd’hui, seules subsistent de l’époque les maisons les plus solides, surtout celles construites en pierre ou en brique. Exemple de mise en œuvre de torchis, écomusée d’Alsace. Parfois, tout le premier niveau est fait de pierres.

En Nouvelle-France, le pierrotage consistait en l’enchassement d’un appareillage de pierre ou de brique entre poteaux. La technique des bois longs a été utilisée principalement au début du Moyen Âge. Pourtant relativement simple, elle a été assez rapidement abandonnée en raison de plusieurs facteurs. Les poteaux montent d’un seul trait, du bas de la maison vers le haut. Les pièces horizontales viennent alors s’assembler dans les pièces verticales.

Les raisons de son abandon sont multiples. Tout d’abord, beaucoup de ces maisons étaient construites à même le sol, sans isolation du bois qui pourrissait donc facilement. Les maisons en longs pans qui sont actuellement conservées ont été construites avec un mur de soubassement, prévenant ainsi le pourrissement des bois. Il était en outre bien difficile d’apporter de longs poteaux dans les ruelles étroites et sinueuses des villes médiévales. Cette technique a donc été abandonnée progressivement pour laisser place à la technique des bois courts. Vernon ou encore davantage à Rouen.

La technique des bois courts a donc généralement pris le pas sur les bois longs. On n’utilise plus de longs pans mais des bois plus courts qui facilitent la construction, tout particulièrement en ville. Cette forme de construction va permettre le développement des maisons à encorbellement. Les encorbellements assombrissent complètement la ruelle des Chats à Troyes. Ce terme est dérivé de corbel, forme ancienne de corbeau. L’encorbellement a pu se développer grâce à la technique des bois courts.

Ce système de construction permet de porter une charge en surplomb sur le nu d’un mur. Les maisons vont donc avoir un ou plusieurs étages, en saillie sur le rez-de-chaussée. Moyen Âge, mais cette technique se développe surtout à la Renaissance. Au cours du temps, elle se perfectionne, et permet la multiplication des encorbellements. La maison urbaine se distingue de la maison rurale par cette structure à étages multiples.

Les étages se divisent, comme à la campagne, en deux parties : salle de séjour avec foyer et chambre à coucher. La construction en encorbellement offre plusieurs avantages : elle permet non seulement aux propriétaires de gagner en surface à chaque étage, mais aussi de diminuer les taxes, calculées d’après la superficie au rez-de-chaussée. Enfin, elle évite aux eaux de pluie de s’écouler sur la façade, chaque étage en encorbellement protégeant l’étage inférieur. Cependant, au fur et à mesure ce système a été interdit. En effet, toutes les formes d’encorbellement — auvents, balustres, loges, tourelles, échauguettes — se développent avec une vigueur qui peut mener à l’obstruction totale de la rue, ce qui l’assombrit.

Les ménagères tendent des perches pour y faire sécher leur linge. Parlement de Normandie le proscrit pour l’ensemble de la province, mais les effets se feront attendre. Un autre facteur explique le déclin de cette technique : la nouvelle influence de l’architecture italienne. Essentage décoratif dans les rues de Rouen.

C’est un terme dialectal de l’Ouest, en français standard on parlera de  bardage  de bois ou d’ardoise. Il assure une protection durable du bois situé du côté de la maison qui se trouve exposé aux intempéries. La restauration des maisons à pans de bois nécessite la numérotation des pans avant le démontage, pour qu’une fois restauré en atelier, le remontage se fasse à l’emplacement original. La prédominance des maisons en bois sur la pierre s’est longtemps expliquée, dans les régions où ce matériau est disponible, par la légèreté du bois et sa facilité de mise en œuvre qui permettaient d’élever rapidement les maisons sans gros moyens.