Michel Debré et l’Ile de la Réunion : Une certaine idée de la plus grande France PDF

Mai 68 – Prenez vos désirs pour des réalités , exposition BnF, 2008. Les événements de mai-juin 1968, ou plus brièvement Mai 68, désignent une période durant laquelle se déroulent, en France, des manifestations étudiantes, ainsi que des grèves générales et sauvages. Avec le recul des années, les événements de mai-michel Debré et l’Ile de la Réunion : Une certaine idée de la plus grande France PDF 1968 apparaissent comme une rupture fondamentale dans l’histoire de la société française, matérialisant une remise en cause des institutions traditionnelles.


Michel Debré, maître d’œuvre de la Constitution de la Ve République, premier chef de Gouvernement du général de Gaulle, a également été député de l’île de la Réunion de 1963 à 1988. Qu’allait donc faire un homme de cette stature à l’autre bout du monde ? Pourquoi s’est-il attaché à cette parcelle de territoire français au point d’y consacrer un quart de siècle de combat politique ? En quoi ce combat offre-t-il des points d’observation privilégiés de l’histoire de la IV et de la Ve République ? A partir de sa thèse soutenue à l’IEP de Paris en 2002, Gilles Gauvin apporte des réponses grâce à une approche centrée sur les grands enjeux soulevés par la députation de Michel Debré : la nation, la République et la démocratie. Cette étude, qui identifie les problématiques majeures de l’histoire de la Réunion depuis 1946, a été réalisée à partir de nombreux fonds d’archives inédits, en particulier le fonds Réunion des Archives Michel Debré conservé au Centre d’Histoire de Sciences Politiques.

La société de consommation s’est installée dans les mœurs, sans que l’on prenne vraiment conscience de toutes ses implications ni des déséquilibres mondiaux qui se développent. Et depuis quelques mois, voire une année, des symptômes importants d’une détérioration de la situation économique française ont fait leur apparition. Le nombre de chômeurs s’accroît régulièrement : début 1968, ils sont déjà près de 500 000. Même les catégories les plus privilégiées ne sont pas sans motifs d’inquiétude : la massification de l’enseignement supérieur a entraîné sur les campus d’innombrables problèmes de locaux, de manque de matériel, de transports. En 1967-1968, le gouvernement reparle aussi de  sélection scolaire , ce qui inquiète les étudiants. Sur le plan politique, le mouvement survient en une période d’usure de la République gaullienne, en place depuis 1958. De ce fait, aux yeux de ses opposants, la légitimité de son régime reste fortement entachée par les soupçons d’un  coup d’État  originel.

Le Parti communiste français, de loin la première force de gauche, peine à se déstaliniser et a de fait cessé depuis longtemps de poursuivre des objectifs révolutionnaires. Parallèlement, les gauches non-communistes ne parviennent pas à sortir de leurs divisions et de leurs discrédits. Mai 68 ne se comprend que dans un monde en rapide mutation. Sur le plan religieux, la France, encore très catholique, vient de suivre avec passion le concile Vatican II, qui a profondément rénové — mais aussi ébranlé — le catholicisme traditionnel, et surtout les mouvements d’action catholique. Sur le plan sociologique, la dynamique de groupe s’est répandue pendant les années 1960 dans les formations des responsables de toutes les organisations et des entreprises.

Mais les clivages sociaux sont encore extrêmement rigides. Celles-ci ne sont pas autorisées à porter le pantalon. Par ailleurs, il est interdit de fumer dans un établissement ou que les garçons, dans les universités, accèdent aux internats de filles. La France a autorisé l’usage de la pilule contraceptive en décembre 1967, mais elle est encore peu répandue. L’éducation n’a pas encore connu de réformes structurelles et le décalage est criant entre les aspirations d’une jeunesse et les cadres moraux qu’ils ressentent comme dépassés.