Mes premiers tours de magie PDF

L’Escamoteur, 1475-1480, huile sur bois, Saint-Germain-en-Laye, musée municipal. L’illusionnisme est pratiquée le plus souvent par des artistes dans le cadre du monde du spectacle. Le magicien mes premiers tours de magie PDF’est entraîné pour créer les illusions qui leurrent nos sens : il fait apparaître et disparaître diverses choses, il défie la gravité, transforme la matière, lit dans les pensées, voit dans l’avenir.


Avant d’être appelée illusionnisme ou prestidigitation, cette discipline était appelée tantôt physique amusante, tantôt escamotage. Le langage commun, le marketing et la facilité d’utilisation du mot magie conduisent à un amalgame entre la prestidigitation qui est un art mêlant agilité, ingéniosité et psychologie, et la magie au sens premier du terme qui est un  phénomène surnaturel  ou inexpliqué. La prestidigitation est donc l’art de créer l’illusion d’un phénomène impossible mais qui repose sur des règles on ne peut plus rationnelles, logiques. Escamotage  Le nom d’escamotage pourrait venir de l’arabe escamote qui désigne une petite balle de liège à laquelle on a donné plus tard le nom de muscade, à cause de sa ressemblance avec ce fruit. Le praticien de l’escamotage est appelé escamoteur. Ce terme a supplanté le prestigiateur, faisant perdre à la discipline sa référence au  prestige  antique pour ne laisser qu’une référence à l’agilité des doigts.

Les pratiques magiques remonteraient à la Préhistoire. L’Ancien Testament décrit le  combat  que livrèrent Moïse et Aaron contre les magiciens de Pharaon. Moïse jeta devant Pharaon son bâton qui se transforma en serpent. L’un d’eux, conservé et exposé au musée du Louvre, comporte un siphon permettant de le vider et de le remplir à plusieurs reprises. Les écrits grecs et romains relatent leur intérêt pour les  faiseurs de prestiges .

De la plus haute Antiquité à nos jours l’art de manipuler les objets, comme l’utilisation des marionnettes, et de prétendre que cette manipulation est le fruit d’un phénomène surnaturel, existe. La prestidigitation suscite l’intérêt des savants aux Siècle des Lumières. La prestidigitation semble avoir eu ses maîtres en Italie. C’est en tout cas de là que Jean-Eugène Robert-Houdin écrit avoir identifié l’origine, avec la venue d’Italie à Paris de faiseurs qui appelaient leurs tours des jeux. Avant d’être un divertissement, la prestidigitation a servi à matérialiser le divin et s’est assimilée à la magie noire, tandis qu’elle s’est peu à peu affirmée magie blanche pour s’éloigner des bûchers.