Les vérités du cancer : Partager l’information, installer la relation PDF

Nul besoin de se priver : il s’agit seulement de mieux comprendre comment manger de la façon la plus saine, la plus agréable, la plus les vérités du cancer : Partager l’information, installer la relation PDF d’une part, et la plus économique, la plus généreuse, la moins polluante d »autre part. La vie dans son ensemble en bénéficierait : vous, le genre humain, les animaux, les forêts, les rivières, le sol, les océans, et l’atmosphère terrestre. John Robbins, auteur américain spécialiste de nutrition et d’environnement.


Les médecins et les équipes soignantes perçoivent comme une nouvelle pression la nécessité de transmettre le diagnostic de cancer et de discuter des options thérapeutiques avec un patient qui nest pas toujours prêt à s y confronter. Bien que lion puisse saluer le partage de l’information et encourager la transparence, le médecin prend le risque du blocage de dialogue, d’une indifférence, au pire dun traumatisme. L’idée dune diminution dun certain pouvoir médical sinsinue dans le <> dannonce qui renvoie la clinique à des apprentissages techniques. Au contraire, certains médecins cherchent à sinscrire dans un mouvement plus démocratique. Ils constatent cependant que, pour le malade, savoir nest pas choisir, et que dans les cas difficiles, ils restent encore décideurs. Cet ouvrage fait le point sur les changements obtenus par les lois et leurs conséquences sur les pratiques et incite à une réflexion philosophique sur la vérité et les vérités des interlocuteurs de la scène médicale.

Il y a 60 ans, un petit nombre de scientifiques déclaraient que le tabac était mauvais pour la santé et la cause de nombreuses maladies. A cette époque les médecins conseillaient la cigarette à leurs patients stressés, et les médias n’avaient aucune idée de ses dangers. Il y a 20 ans, des scientifiques, chercheurs et instituts de recherches parlaient d’une menace qui pesait sur la Terre révélant que des gaz émis par les activités humaines étaient en train de réchauffer la planète et pourraient avoir de graves conséquences. Aujourd’hui, des scientifiques et organisations internationales déclarent la consommation de viande comme la principale menace à la survie de la planète. Pourtant des centaines de milliers de gens dans le monde, de scientifiques et d’organisations internationales se battent pour que cette info soit connue rapidement avant qu’il ne soit trop tard.

Je pense que les transformations et les effets purificateurs d’un régime végétarien sur l’homme sont très bénéfiques à l’espèce humaine. Par conséquent, en choisissant le végétarisme, on sera à la fois heureux et paisible. Voici un article paru récemment dans le Nouvel Obs. Il suffirait de renoncer à la viande pour soulager la pénurie de céréales tout en préservant l’environnement et notre santé. L’élite intellectuelle dans les pays développés trouve parfaitement normal de s’inquiéter de la surpopulation dans le monde, mais elle oublie toujours un fait. La vraie surpopulation, c’est celle du bétail. L’auteur de ces phrases n’est pas un vachophobe excentrique ou un végétarien fanatique mais l’économiste américain Jeremy Rifkin, auteur, entre deux essais sur le travail ou les nouvelles technologies, du passionnant « Beyond Beef », un essai sur l’impact dévastateur de l’industrie de l’élevage.