Les Trente Glorieuses PDF

1979 en rappel des Trois Glorieuses. Les Trente Glorieuses sont une révolution, certes silencieuse, les Trente Glorieuses PDF porteuse en réalité de changements économiques et sociaux majeurs, qui ont marqué le passage de l’Europe, quarante années après les États-Unis, à la société de consommation. En fin de cette période, on constate globalement que la société a été profondément remodelée, devenant une société de consommation de masse et une société de loisirs.


Les Trente Glorieuses est un des livres-clés pour la compréhension de la France de l’après-guerre Des générations d’étudiants y ont appris comment les trente années qui vont de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la première crise pétrolière du milieu des années 1970 ont été des années de croissance et de prospérité, pendant lesquelles le peuple français a triplé son niveau de vie et vu profondément transformé son quotidien. Relu par l’œil averti de Daniel Cohen, l’un des meilleurs économistes contemporains, qui en souligne les mérites et met en perspective l’écho considérable que reçut cet ouvrage et les thèses qu’il défendait, ce livre fait surgir avec force cette double interrogation : avons-nous à ce point changé de monde depuis lors ? Et faut-il regretter le  » paradis perdu  » des Trente Glorieuses

Ce phénomène est en partie un rattrapage sur le style de vie des États-Unis des années 1920, sur lequel les pays européens étaient en retard. Les pays qui basculent dans le Bloc de l’Est connaissent également une croissance plus forte. En juillet 1944, la conférence de Bretton Woods ouvre des négociations sur la reconstruction du système monétaire international. En 1946, la conférence de la Havane,  conférence des Nations unies pour le commerce et l’emploi , souligne la volonté de décloisonner, de manière progressive, les échanges internationaux. Les besoins de reconstruction sont énormes. En effet, la contre-valeur issue du plan Marshall a servi, notamment en France, à financer l’investissement, permettant une modernisation de l’appareil productif et donc une augmentation de la productivité.

Au début de la période, à la sortie de guerre, les déséquilibres extérieurs sont le reflet de la situation désastreuse dans laquelle se trouvent l’Europe et le Japon. Les pays européens enregistrent un déficit de leur balance des transactions courantes alors que les États-Unis bénéficient d’un excédent largement favorable. Par la suite, ce différentiel sera moins marqué avec le redressement progressif des différentes économies. Néanmoins, durant la période des  Trente Glorieuses , le leadership sinon la domination de l’économie américaine demeure incontestable. D’autre part, les déséquilibres extérieurs -qui exigent du temps pour se résorber- se traduiront par la nécessité pour de nombreux pays européens à dévaluer leur monnaie.

De 1946 à 1950, la France paralysée par une économie et des infrastructures obsolètes, ne connait pas de réelle croissance et les conditions de vie sont très difficiles, en raison du coût élevé de la vie. La diplomatie française ne ménage pas non plus sa peine: en 1946, Léon Blum se rend aux États-Unis pour obtenir auprès de Byrnes, ministre des Finances américain, l’annulation d’une partie des dettes de guerre françaises auprès des États-Unis en échange de l’ouverture du marché français au cinéma américain. La France développe durant la période un réseau autoroutier qui imite le réseau allemand d’Autobahnen développé avant-guerre, mais s’accompagne de l’abandon de plus de 7 000 km de voies ferrées, des tramways urbains et de nombreuses lignes de cars interurbains : c’est la politique dite du tout-routier. Les Français, comme les autres Européens doivent assumer de longues et dures journées de travail pour ne toucher que de maigres paies.

La croissance est également soutenue par la diffusion de nouvelles technologies, comme le transistor ou les matières plastiques, consécutive à l’augmentation de l’extraction du pétrole et à la hausse du pouvoir d’achat, jusqu’en 1973. On entre donc dans une société de consommation. Les citoyens des pays de l’OCDE sont de plus en plus nombreux à devenir propriétaires de leur logement, et à partir de 1985 de plus en plus de foyers possèdent plusieurs automobiles. Les loisirs et le tourisme se développent.

Des conséquences plus profondes affectent le tissu économique du pays, avec une industrialisation de nouvelles régions, et surtout la société elle-même. Il existe plusieurs points de vue concernant cette période. Trente Glorieuses , qui a été principalement  mécanique , le dirigisme sachant seulement bien l’orchestrer. Entre ces points de vue tranchés, qui ont chacun des arguments chiffrés, il existe naturellement une multitude d’études et d’ouvrages développant des analyses plus fines et plus nuancées. La forte croissance constatée dans la plupart des grands pays industriels se traduit par un quintuplement dans les années 1950 des cours sur la plupart des marchés boursiers, malgré les incertitudes géopolitiques. Seconde Guerre mondiale, les États-Unis sont dans une position dominante.

Pourtant, pendant la croissance des Trente Glorieuses, ils connaissent une croissance économique moins forte que dans les autres pays développés. Après une récession en 1948, l’économie américaine repart grâce à la Guerre de Corée et à travers un plan important de réarmement. Dans les années 1950, les salaires augmentent régulièrement ainsi que la consommation, et Galbraith publie en 1958 The Affluent Society. Johnson poursuit cette politique par son projet de nouvelle société.