Les Précieuses ridicules PDF

MASCARILLE : Que vous semble de ma petite oie ? La trouvez-vous congruente à l’habit ? Pour éviter que la pièce ne fût imprimée sans son approbation, Molière accepta de la laisser publier par des libraires de son choix, et elle fut ainsi la première de son auteur les Précieuses ridicules PDF connaître les honneurs de l’impression.


Mascarille«Il est vrai qu’il est honteux de n’avoir pas des premiers tout ce qui se fait ; mais ne vous mettez pas en peine : je veux établir chez vous une Académie de beaux esprits, et je vous promets qu’il ne se fera pas un bout de vers dans Paris que vous ne sachiez par cœur avant tous les autres. Pour moi, tel que vous me voyez, je m’en escrime un peu quand je veux ; et vous verrez courir de ma façon, dans les belles ruelles de Paris, deux cents chansons, autant de sonnets, quatre cents épigrammes et plus de mille madrigaux, sans compter les énigmes et les portraits.»(Scène 9)

Deux jeunes gens, La Grange et Du Croisy, sortent de chez Gorgibus, un bourgeois de province récemment arrivé à Paris. Ils sont très mécontents de l’accueil méprisant que leur ont réservé Magdelon et Cathos, respectivement fille et nièce du vieillard. La Grange explique à son ami la manière dont il entend se venger des trop fières jeunes filles : en leur faisant rencontrer Mascarille, son valet,  un extravagant qui s’est mis dans la tête de vouloir faire l’homme de condition . Découvrant que les deux jeunes gens sont mécontents de leur visite, Gorgibus, afin d’en comprendre la raison, fait appeler Magdelon et Cathos, qui sont occupées à se mettre  de la pommade pour les lèvres .

Alors que Gorgibus leur demande des explications sur leur comportement envers La Grange et Du Croisy, qu’il leur destinait pour maris, Magdelon et Cathos lui affirment qu’il est hors de question pour elles de se marier à des gens  incongrus en galanterie , et qu’elles veulent vivre une aventure galante et romanesque ressemblant aux romans de Mlle de Scudéry. Une fois Gorgibus parti, Magdelon et Cathos s’entêtent dans leur rêverie en s’imaginant qu’elles ne sont pas réellement sa fille et sa nièce, et qu’ une naissance plus illustre  leur sera un jour révélée. Marotte, leur servante, annonce alors l’arrivée du  marquis de Mascarille , que les deux précieuses s’empressent de recevoir. Arrivée de Mascarille en chaise à porteurs. Refusant de payer les porteurs sous prétexte qu’on ne demande pas de l’argent à une personne de sa qualité, il accepte cependant très vite quand l’un d’entre eux le menace d’un bâton. Il attend Magdelon et Cathos qui se recoiffent.

Mascarille rencontre Magdelon et Cathos et leur fait des compliments. Il leur fait également admirer ses habits, avant de se plaindre que son cœur est  écorché  par leurs regards. Entre en scène Jodelet, présenté comme étant le vicomte de Jodelet par son ami Mascarille. Tous deux se complimentent sur leurs exploits à la guerre en montrant à Magdelon et Cathos leurs cicatrices.

Ils décident alors de donner un petit bal à leurs hôtesses et leurs voisines. Entrent en scène les voisines et les violons pour le bal. Mascarille danse avec Magdelon et Jodelet avec Cathos. La Grange et Du Croisy font irruption dans la pièce et frappent Mascarille et Jodelet, avant de repartir. Magdelon et Cathos sont choquées, mais Mascarille et Jodelet ne semblent pas vouloir se venger de l’affront.