Les petits d’animaux de la campagne PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Les petits d’animaux de la campagne PDF’élevage des animaux à fourrure est le fait d’élever et de faire se reproduire certains animaux pour leur fourrure. La plus grande partie de la fourrure d’élevage est produite en Europe.


Au cœur des prés, au milieu des champs, dans les haies, des animaux se croisent. Sur les épis de blé le rat des moissons tisse son nid ; dans la prairie fleurie, l’abeille butine et le papillon volette de fleur en fleur ; sous la haie, une maman hérisson de faufile, suivie de tous ses petits ; bien cachée dans les herbes, une perdrix couvres ses œufs ; dans les hautes branches d’un arbre une buse nourrit ses oisillons ; quant au renard, il attend la nuit pour se mettre en chasse… Car au fil des saisons, la campagne offre à tous ses habitants abri et nourriture.

La Finlande est le premier exportateur de fourrures de renard à destination des États-Unis. Les États-Unis sont également un important exportateur de fourrures. Leurs principaux marchés d’exportation sont la Chine, la Russie, le Canada et l’Union européenne. D’autres pays interdisent cet élevage, ou seulement celui de certains animaux. La demande de fourrure a chuté à la fin des années 1980 et durant les années 1990 en raison de nombreux facteurs, notamment l’échec des couturiers à proposer de nouvelles formes et les campagnes des défenseurs des droits des animaux.

Bien que l’usage de fourrures pour l’habillement durant les périodes froides remonte à l’âge de pierre, il se faisait au détriment des animaux sauvages. Historiquement, le commerce de la fourrure avait joué un rôle économique important aux États-Unis. Le vison d’Amérique est élevé aux États-Unis depuis 130 ans. En 2010, ce pays se trouvait au cinquième rang mondial en termes de production, derrière le Danemark, la Chine, les Pays-Bas et la Pologne.

Les meilleurs visons sont conservés d’une année sur l’autre pour la reproduction. Le vison blanc, une variété d’Europe du Nord, a été introduit au Canada en 1968. La production du vison noir en particulier a cru de façon significative depuis 2000, les marchés émergents de Russie, de Chine et de Corée représentant le plus gros de cette nouvelle demande. Le vison noir a été élevé pour la première fois en Nouvelle-Écosse à la fin des années 1950 et a obtenu du succès comme couleur polyvalente. La plus grande partie de la production de la province est vendue en Chine, où elle est transformée en vêtements de luxe. Une femelle chinchilla grise de 2 ans. Chincha  du peuple Chincha des Andes, qui s’habillait déjà de sa fourrure douce et épaisse.

Chapman rapporta aux États-Unis onze spécimens sauvages qu’il avait capturé pour les élever. La croix barrant les épaules est un caractère commun chez le renard roux. La Finlande est le premier producteur mondial de peaux de renards. Aux États-Unis, une dizaine d’États produisent environ 10 000 peaux. Un chargement de peaux de lapins en Australie vers 1905. Les reproducteurs sont habituellement gardés jusqu’à 3 ans, et donnent deux portées par an.

Les lapereaux sont séparés de leur mère à quatre semaines et transférées dans une nurserie. Ils ne voient leur mère qu’au moment de se nourrir. Les cages sont en grillage métallique et ont une surface équivalente à celle de deux boîtes à chaussures. Une autre variété, l’Orylag, n’est élevée qu’en France, à la fois pour sa chair et pour sa fourrure. Ils sont tués à environ 20 semaines. Les fractures et les lésions traumatiques sont fréquentes pendant le transport des lapins vers les abattoirs.

Les élevages essaient de valoriser les carcasses de leurs animaux autant que possible. Elle est rarement consommée par les humains, mais se retrouve dans différents produits comme les aliments pour animaux, le compost, les engrais, la peinture et même les pneus. Elle nourrit parfois les animaux des zoos et des aquariums ou finit comme appât pour les crabes. Galerie : Maltraitance sur des animaux élevés pour leur fourrure. Comme dans d’autres types d’élevage, les conditions de vie des animaux varient. Les éleveurs font remarquer que 50 ans plus tôt, les animaux étaient gardés dans de vastes enclos extérieurs, avec des bassins.