Les muscles, membre supérieur : Nouvelle anatomie – Biomécanique – Chirurgie – Rééducation PDF

Cet article présente des problèmes multiples. Vous pouvez aider à l’améliorer ou bien les muscles, membre supérieur : Nouvelle anatomie – Biomécanique – Chirurgie – Rééducation PDF des problèmes sur sa page de discussion. Certaines informations devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie ou les liens externes.


Dans le Tome I de ce nouvel Atlas d’Anatomie des muscles consacré au Membre Supérieur (thoracique), François Bonnel nous entraîne dans un nouveau concept et une nouvelle vision de l’anatomie. Loin des traités classiques d’anatomie descriptive, l’auteur met l’accent sur une nouvelle sémantique musculaire, en insistant sur les bases architecturales de l’organisation  » intrinsèque « . L’anatomie intime du muscle est détaillée, avec une étude minutieuse pour chaque muscle de ses caractéristiques micro anatomiques, de sa micro vascularisation et de son innervation en s’appuyant sur une superbe illustration, faite de dissection personnelle et de coupes sériées. Après avoir décrit les bases architecturales et, en quelque sorte,  » modélisé  » l’organisation musculaire, le comportement biomécanique est envisagé en insistant notamment sur la notion d’ensemble musculo-aponévrotique et de pennation avec les conséquences en termes de puissance et de travail musculaire. Des incidences cliniques sont discutées à chaque niveau depuis la cotation musculaire jusqu’aux conséquences chirurgicales dans les transferts musculotendineux. Ce nouvel atlas est tout à fait remarquable par son caractère innovant, la qualité de l’iconographie et les nombreuses applications cliniques concernant la fonction musculaire et les principes des transferts tendineux dans les pathologies dégénératives, paralytiques et spastiques. On ne saurait que trop recommander sa lecture à toute personne concernée par l’étude du muscle normal et pathologique et plus largement par l’anatomie de l’appareil locomoteur.

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références. La réorganisation et la clarification du contenu sont nécessaires. Cet article adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation. La kinésithérapie – ou la physiothérapie, de manière plus générale – est une profession de santé et une science clinique. La kinésithérapie signifie traitement par le mouvement.

Elle agit au niveau musculaire et articulaire. Les techniques sont utilisées dans le but de la rééducation du mouvement et ainsi que de la posture de la personne. Cette discipline comprend la rééducation de presque toutes les pathologies médicales. Ce métier appartient au corps des rééducateurs à l’instar des ergothérapeutes, neuropsychologues, orthophonistes, orthoptistes, pédicure-podologues et psychomotriciens. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Cet article contient une ou plusieurs listes.

En 1922 est créé le brevet de capacité professionnel d’infirmier, à la suite des besoins engendrés par la Première Guerre mondiale. Les masseurs-kinésithérapeutes appartiennent au corps professionnel des rééducateurs et possèdent un très large éventail de compétences. Code de santé publique — et d’autre part s’étant inscrites au Conseil national de l’Ordre. L’objet de cette profession paramédicale concerne principalement la rééducation fonctionnelle par le mouvement et le massage. Une des caractéristiques de la formation en masso-kinésithérapie est une très bonne connaissance de l’anatomie humaine et de sa biomécanique. Le domaine de connaissance s’étend aux appareils respiratoire, cardiovasculaire, musculosquelettique, et neurologique.

Les études portent sur les pathologies de ces appareils, leurs traitements médicaux chirurgicaux et kinésithérapiques et ce dans tous les domaines de la médecine hospitalière et ambulatoire. Les titulaires d’un diplôme reconnu au grade de master. Saint-Maurice accueille ainsi 20 étudiants provenant de trois facultés STAPS chaque année. 2 700 jeunes professionnels de santé, ont des statuts juridiques différents : privé à but lucratif, associatif ou public. La formation initiale hors du secteur public est relativement onéreuse. Les études sont sur le mode de l’alternance, les étudiants étant pour la moitié de leur temps en pratique auprès de patients et pour moitié en cours théorique et travaux pratiques en institut de formation.