Les lois de la guerre : Guerre, droit et cinéma PDF

Les lois de la guerre : Guerre, droit et cinéma PDF qui devait être fait l’a été Le 4 mai il a été sanctionné. Mais ce que je sais, c’est que, le lendemain, dès qu’ils l’ont su, mes collaborateurs à l’Elysée ont pris une sanction. Benalla n’a PAS été sanctionné en mai. La France est confrontée à des menaces sérieuses et a priori durables.


La guerre est au croisement des réalités politique, militaire, sociale, économique et culturelle… On oublie trop souvent sa dimension juridique. Pourtant, dès l origine, le droit accompagne la guerre, qu il s agisse de l encadrer, de la régler ou de la justifier.
Même transgressé, ce cadre normatif constitue le support ou le reflet d une pensée féconde qui ne cesse de s adapter aux nouveaux visages de la guerre.
Psychanalystes, juristes, politistes, économistes, acteurs engagés sur le terrain, qu ils soient civils ou militaires, pensent la guerre.
Le cinéma la montre.
Dès la Première Guerre mondiale, par la fiction ou le documentaire, il participe à l effort de guerre et contribue à diffuser, à interroger ou à contredire une culture de la guerre. Cette dernière occupe dès lors une grande place dans l univers des représentations mentales. Au-delà de leur violence, le cinéma rend-il compte des lois de la guerre ? Sociologues, historiens des représentations, philosophes et juristes analysent les images pour en rendre compte.

En plus de faire face à une profonde recomposition politique, elle doit s’atteler à combattre des individus prêts à pourfendre notre modèle à coups de marteau et autres outils de bricolage. Que nous propose le nouveau gouvernement de notre christique sauveur, Louis Napoléon Macron ? Voyons de plus près de quel bois, ou plutôt de quel acier sera faite notre boîte à outils législative qui, on ne peut en douter, effrayera à coup sûr l’ennemi. Assignations à résidence, perquisitions administratives, fermetures de lieux de culte, zones de protection et de sécurité, toutes ces mesures ô combien efficaces de l’état d’urgence constituent l’armature de cette nouvelle mouture antiterroriste.

Bien entendu, si l’on n’a rien à se reprocher, on n’ira pas nous chercher des noises. D’ailleurs, comme le rappelle Le Monde, ces mesures d’exception visant à être banalisées ne concernent que les terroristes ! Pas de doute, les dérives du passé ne seront plus. Aucun militant écologiste ne sera assigné à résidence, aucun manifestant ne sera interdit de défiler, aucun exilé ne sera injustement privé de liberté.