Les comédiennes d’autrefois PDF

Les comédiennes d’autrefois PDF du jeu de paume des Métayers. Emplacement du jeu de paume de la Croix noire.


Les comédiennes d’autrefois / par A. Houssaye…
Date de l’édition originale : 1855
Collection : Collection Hetzel

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Les pérégrinations de Molière et ses camarades dans les provinces du royaume de France. 1645, la tentative de l’Illustre Théâtre pour s’implanter dans la capitale ayant définitivement échoué, la troupe est dispersée. Dès le mois d’octobre, semble-t-il, Molière quitte Paris, suivi quelques mois plus tard par Madeleine, Joseph et Geneviève Béjart. Dans la seconde moitié de juillet, la troupe joue devant le comte d’Aubijoux, lieutenant du roi en Languedoc, lors de son arrivée à Agen. Octobre : La troupe est à Carcassonne.

23 avril : la  troupe du sieur Dufresne  arrive à Nantes, où elle séjournera jusqu’au début de l’été. Et c’est la première fois que son nom apparaît dans la documentation depuis son départ de Paris. 1er décembre : obsèques, à Poitiers, de Madeleine de Varannes, femme de Charles Dufresne. 4 mai : les capitouls de Toulouse font payer 75 livres  au sieur Dufresne et autres comédiens de sa troupe , pour avoir joué la comédie lors de l’arrivée dans la ville du comte du Roure, lieutenant général pour le roi en Languedoc.

En décembre, la troupe joue à Narbonne. Son séjour dans cette ville se prolongera au moins qu’à la mi-janvier suivante. Au cours du mois de février, la troupe se produit à Agen par ordre du duc d’Épernon. Quittance donnée par Molière au nom des comédiens à  Messieurs des États . Du 24 octobre au 14 janvier suivant, les États de Languedoc se tiennent à Pézenas, présidés par le comte de Bioules. Molière donne quittance le 17 décembre au trésorier de la bourse de Languedoc.

Aucun document ne subsiste concernant les activités de la troupe au cours de cette année. En revanche, une quittance donnée par Molière à son père, atteste sa présence à Paris au début du printemps. Août : la troupe est à Grenoble. Décembre : la troupe est à Lyon, où elle restera jusqu’au printemps et peut-être à l’été suivants. Février : à Lyon, René Du Parc épouse Marquise Thérèse de Gorla. Parmi les signataires du contrat et de l’acte de mariage figurent Molière, Dufresne et Pierre Réveillon. Au cours de son séjour à Lyon, la troupe donne des représentations d’Andromède, tragédie à machines de Pierre Corneille, créée en janvier 1650 et dont D’Assoucy a composé la musique.

Dès lors et pendant près de trois ans, Molière et ses camarades pourront se parer du titre de  comédiens du prince de Conti . Il existe, sur cette période, un témoignage particulièrement intéressant et très rarement cité, celui de l’abbé Joseph de Voisin, l’un des aumôniers du prince. France, de ce que leur art a de plus excellent et de plus charmant. Du 16 décembre au 21 mars suivant, les États de Languedoc se tiennent à Montpellier, présidés par le comte de Bioules. Le prince de Conti passe l’année entière loin de Pézenas et du Languedoc, à Paris d’abord, où en février il épouse Anne-Marie Martinozzi, nièce du cardinal Mazarin, puis en Catalogne, où il conduit les armées du roi.