Le français médiéval par les textes. Anthologie commentée PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Desiderius Erasmus, peinture de Hans Holbein le Jeune. Les noms de famille, à l’le français médiéval par les textes. Anthologie commentée PDF, n’étaient pas forcément stabilisés. 1466 ou 1467 ou 1469, selon les biographes, à Rotterdam.


Assortie d’une double introduction, linguistique et littéraire, ainsi que d’un glossaire, sont proposés dans cette nouvelle anthologie cinquante textes du IXe au XVe siècle, accompagnés de traductions pour les textes les plus anciens, et faisant tous l’objet d’une présentation et d’annotations grammaticales et lexicologiques. Aussi s’agit-il d’un ouvrage destiné à tous ceux qui s’intéressent à la littérature, médiévale en l’occurrence, mais aussi d’un outil précieux destinés aux étudiants de licence et de master ainsi qu’aux candidats aux concours de recrutement du professorat du second degré. Ces extraits mis ainsi à disposition du lecteur visent à lui offrir un panorama aussi fidèle que possible de la variété générique et dialectale de la production médiévale, littéraire et non littéraire, depuis les premiers témoins jusqu’à la fin du Moyen Age. Cet ouvrage inédit est de surcroît complété par diverses bibliographies et par un index.

Il est le fils illégitime d’un prêtre et d’une fille de médecin. Bien qu’il soit né à Rotterdam, sa famille était sans doute plutôt de Gouda. En 1488, il prononce ses vœux chez les chanoines réguliers de saint Augustin à Steyn. Ordonné prêtre le 25 avril 1492, il obtient, par la même occasion, une dispense de cours. Entre 1499 et 1514, Érasme parcourt l’Europe. En 1499, il séjourne pour la première fois en Angleterre, où il fait la connaissance de John Colet, chanoine de Saint-Paul, et de Thomas More, autre humaniste. Il se rend de nouveau en Angleterre entre 1505 et 1506.

Entre mai et octobre 1521, Érasme passe cinq mois à Anderlecht chez son ami le chanoine Pierre Wichmans, dans ce qui est aujourd’hui la maison d’Érasme. Pietro Bembo, qui figent la langue et refusent d’user d’un vocabulaire autre que celui de Cicéron pour décrire les réalités modernes. Il meurt le 12 juillet 1536 à Bâle. Chanoine régulier et prêtre hollandais, il améliore sa formation à Paris, puis auprès des humanistes anglais. Bruxelles auprès du prince Charles, titre qu’il conserva quand celui-ci devint empereur des Romains.