Le dessin à l’ère des nouveaux médias PDF

Cet article est le dessin à l’ère des nouveaux médias PDF ébauche concernant l’écriture. Selon Annick Lantenois,  le design graphique peut être défini comme le traitement formel des informations et des savoirs.


Souvent combattue dans l’art moderne, absente dans l’art brut et parent pauvre de l’art contemporain, la maîtrise du dessin ne survit plus aujourd’hui que dans des secteurs artistiques de grande diffusion, sous-estimés par la critique : dessin animé, illustration, bande dessinée, infographie. Pour diverses raisons historiques, liées aux grandes étapes de la mutation industrielle et à la naissance de nouveaux médias de l’image concurrents des techniques traditionnelles, un véritable opprobre s’est peu à peu attaché, dans le secteur des beaux-arts, à la pratique du  » bien dessiner « , assimilant la maîtrise savante à l’académisme et aboutissant à une véritable inversion des valeurs où seul le  » dessiner comme un cochon  » – le mot est de Jean Dubuffet – semblait ouvrir des voies créatives. Il faut revenir sur deux siècles d’histoire et remonter à la naissance de la photographie pour comprendre cette évolution qui aujourd’hui, paradoxalement, pourrait bien arriver à son terme, avec le retour du dessin  » illusionniste  » à l’ère de l’image de synthèse et des nouvelles technologies. Ce qui n’empêche pas le dessin  » brut  » d’accéder, lui aussi, à une reconnaissance définitive. Deux essais généraux, sept textes sur quelques dessinateurs, virtuoses ou médiumniques, et deux entretiens composent ce livre conçu comme un hommage au génie du dessin, sous ses formes savantes ou brutes, cultivées ou populaires.

Page de la Bible de Gutenberg, deux colonnes, à 42 lignes. Lascaux jusqu’aux néons publicitaires du quartier Ginza, à Tokyo. Durant une période qui va de 700 av. Alde Manuce, lui, est considéré comme un imprimeur de la deuxième génération, il développera un style et une structure pour ses livres qui reste encore aujourd’hui d’actualité. Royaume-Uni, pour créer une distinction entre les arts et les arts appliqués. C’est Jules Chéret et ses expériences d’impression commencées en 1866 qui permettront d’ouvrir la voie en France et de proposer des affiches en couleur. De nombreux noms peuvent être cités dans cette effervescence de création : T.

Grün, Adolphe Willette, Firmin Bouisset, etc. Après l’Angleterre, la France et la Belgique, le développement des arts graphiques va continuer en Autriche, puis en Allemagne et aux États-Unis, où le graphisme moderne va émerger. Le souhait de composer une œuvre d’art totale les invite à expérimenter leurs idées dans tous les champs du design. Pour être clair, le graphisme s’exprime alors à travers des supports comme l’affiche, le livre, le logotype, la publicité et même parfois des cartes postales, mais leurs auteurs ne sont pas spécialisés comme aujourd’hui. L’écroulement de l’empire autrichien fera encore migrer le dynamisme du graphisme vers d’autres horizons. Le même problème du poids académique dans l’art pèse sur l’Allemagne. Thomas Theodore Heine, Julius Diez, Olaf Gulbransson, Bruno Paul, Hans Neumann, Behrens sont les principaux acteurs de la richesse des arts graphiques allemands.