Le développement de l’enfant expliqué aux enfants d’aujourd’hui PDF

Izzy  était une petite fille en parfaite le développement de l’enfant expliqué aux enfants d’aujourd’hui PDF à la naissance. Elle était heureuse et aimait s’amuser.


«Chers enfants d’aujourd’hui, voilà pourquoi je vous écris.

Enfants d’aujourd’hui, vous savez beaucoup de choses sur le monde ! Vous êtes bombardés d’informations par des médias facilement accessibles et, comme la plupart d’entre vous disposent d’une excellente mémoire, vous pouvez enregistrer une multitude d’éléments de connaissance et paraître « branchés » sur la culture ambiante.

Mais si vous savez beaucoup, êtes-vous pour autant suffisamment en lien avec vos émotions, vos sentiments et votre affectivité ?

Être intelligent, contrairement à ce qui est trop répandu aujourd’hui, ce n’est pas seulement savoir beaucoup, c’est aussi relier ce que l’on comprend et ce que l’on ressent. Cela peut expliquer certaines difficultés qui vous caractérisent et dont je peux témoigner lorsque je croise quelques-uns d’entre vous dans l’exercice de mon métier de pédopsychiatre.

Aussi ai-je eu l’idée de vous écrire une histoire qui pourrait vous intéresser, celle du développement de l’enfant.» P. Delion

Pierre Delion est pédopsychiatre, professeur à la faculté de médecine de Lille 2, chef du service de pédopsychiatrie du CHRU de Lille, psychanalyste.

Je me rappelle quand elle est devenue malade, c’était comme si c’était hier. A ce moment-là, elle avait 18 mois. C’est à ce moment que j’ai décidé de tout mettre en ordre par rapport à ses vaccins. Tout allait bien, mais deux jours plus tard ses yeux nous ont paru gonflés et des taches rouges ont commencé à apparaître sur son corps.

Je l’ai de suite emmenée chez le médecin qui a diagnostiqué une fièvre conjonctivite. Le lendemain matin ce sont ses pleurs qui m’ont réveillée. Elle avait de l’écume à la bouche et son visage était couvert d’une éruption rouge. Je l’ai immédiatement conduite aux urgences de l’hôpital royal des enfants. A la fin de la journée on l’a placée dans une aile vide du bâtiment au cas où elle serait contagieuse. A 11 heures du soir, le médecin nous téléphona de son domicile pour nous dire qu’il avait effectué des recherches toute la journée et qu’il voulait nous informer qu’Izzy avait fait une réaction allergique grave à sa vaccination et qu’elle souffrait du Syndrome de Stevens-Johnson.

Je me souviens très bien de notre conversation. Il n’arrêtait pas de répéter à quel point il était désolé. Le Syndrome de Stevens-Johnson est une maladie rare et grave au cours de laquelle la peau et les membranes muqueuses réagissent fortement à un médicament ou à une infection. Le Syndrome de Stevens-Johnson commence souvent par des symptômes pseudo-grippaux, suivis d’une éruption cutanée douloureuse rouge ou violacée qui se propage en formant des cloques et qui finit par détruire la peau. Dans le cas de ma petite fille, c’est un peu comme si elle brûlait de l’intérieur. Izzy a passé les deux semaines suivantes aux soins intensifs pendant qu’on essayait de lui sauver la vie.

Une nuit, ils m’ont demandé de venir directement parce qu’ils pensaient qu’elle ne passerait pas la nuit. De toute ma vie je n’ai jamais été aussi malade de peur. Je suis restée à côté d’elle en priant le ciel de la laisser vivre, même si elle devait perdre la vue. Les choses se sont finalement passées comme si mes prières avaient été entendues. Elle a finalement quitté les soins intensifs, et au cours des trois mois qui suivirent on a essayé de lui rendre un peu de santé. Elle a dû réapprendre à marcher et à manger.