La France romane par GEO PDF

Voir toute l’actualité des activités culturelles du Pays rochefortais sur le site de l’Office du Tourisme, www. Elle s’adresse à tous les passionnés d’histoire, de géographie et d’archéologie locales et régionales, qu’ils la France romane par GEO PDF spécialistes aguerris, débutants enthousiastes, amateurs éclairés ou non.


Après les périodes obscures du Haut Moyen Âge, la France va développer, du Xe au XIIe siècle, le premier art d’Occident : l’art roman. Celui-ci s’exprime non seulement dans la pierre, mais aussi dans la peinture, la sculpture et autres reliquaires, et laisse subsister jusqu’à nos jours un patrimoine d’une rare délicatesse dans son dépouillement. La France romane vue par Géo propose une promenade à travers l’art roman et ses écoles régionales : Provence, Bourgogne, Auvergne, Poitou, Ile-de-France, Normandie… Au total, plus d’une cinquantaine d’édifices revisités parmi lesquels l’imposante abbaye de Cluny, les sœurs cisterciennes de Sénanque, de Silvacane et du Thoronet, la basilique de Vézelay, Jumièges ou encore Saint-Guilhem-le-Désert, Saint-Bénigne de Dijon… sans oublier les bâtiments civils comme le pont d’Avignon. À travers sa très riche iconographie, ce livre souligne jusque dans les détails des voûtes, clochers, déambulatoires ou chapelles rayonnantes, les innovations de cet art. La France romane vue par Géo prétend enfin ressusciter l’époque médiévale, telle qu’elle se présente au tournant de l’an mil, avec ses conflits féodaux, son culte des reliques, ses traditions, ses croyances et ses peurs, ses espoirs aussi dont l’art roman se fait magnifiquement l’écho.

Elle publie un bulletin semestriel Roccafortis et des ouvrages hors série. Archeological Museum which has been set up within the picturesque walls of an ancient Romanesque church, where local exhibitions and lectures are regularly taking place. Mais venez-voir tout de même la réalité. Cette exposition est la sixième et dernière du cycle que la Société de Géographie de Rochefort consacre à la Première Guerre mondiale, sur 17 panneaux et 4 vitrines. Comment faire son deuil individuel et collectif ?

Comment retrouver une vie normale après cette tragédie ? Mais, commencée dans la joie aux accents de « la victoire en chantant »,  la période se déroule plutôt sous le signe de « La victoire en déchantant ». Après la Fête de la Victoire, les 13 et 14 juillet 1919, Rochefort accueille triomphalement ses deux régiments, le 14 septembre. Se succèdent alors toute une série de rituels : revues, présentation des drapeaux, remises de médailles, discours à la gloire de « nos héros », vivants et morts.

Le retour à la vie, c’est aussi la fête qui prend sens dans cette sortie de guerre. L’évasion du quotidien par les distractions est plus nécessaire encore que durant la guerre. L’Union sacrée », déjà bien mal en point depuis deux ans, se brise, les clivages resurgissent. Alors que la droite nationaliste et conservatrice emporte la majorité des sièges de députés dans le département, faisant perdre son siège à Édouard Pouzet, le seul député socialiste élu à Rochefort en 1914, la SFIO limite les dégâts dans la ville et réussit même à l’emporter aux élections municipales. Pour la première fois, Rochefort a un maire socialiste, Auguste Roux. Les destins de quatre combattants terminent la rétrospective. Ils illustrent la variété des expériences de la guerre.