La décennie bordelaise PDF

Mazet dans une vigne à Castelnau-de-Guers, dans l’Hérault. La plupart la décennie bordelaise PDF masets rencontrés en Uzège sont des bâtiments à pièce unique, de plan rectangulaire ou carré. Certains possèdent un étage avec plancher.


Les dimensions varient d’un maset à l’autre. Sur les masets à toiture à deux pentes, la charpente se réduit à une panne faîtière et, si la profondeur l’exige, à deux pannes intermédiaires en plus de la panne faîtière. La majeure partie des masets ont leur toiture recouverte de tuiles canal. Quelques-uns ont un toit de tuiles mécaniques. Dans la plupart des cas, les tuiles sont posées sur des chevrons rapprochés. Quelquefois, des voliges s’interposent entre chevrons et tuiles pour assurer l’étanchéité à la poussière. Le matériau des murs est constitué par des moellons calcaires d’origine locale : calcaire dur blanc ou gris, calcaire coquillier et calcaire gréseux.

La pierre de taille est réservée aux encadrements de baies et aux chaînages d’angle. Un mazet dans des vignes à Roquebrun dans l’Hérault. Portes et fenêtre sont réparties sur le mur regardant le sud, qu’il soit pignon ou gouttereau. Quelques fenestrons éclairent les autres murs, à l’est ou à l’ouest mais jamais au nord en raison du vent froid. Les encadrements des ouvertures sont en pierres de taille. Les masets étaient voués à la culture de la vigne et de l’olivier. Pour la culture de la vigne, l’eau sert à faire la bouillie bordelaise pour le sulfatage.

D’où les nombreux puits, bassins, citernes rencontrés à l’extérieur, voire à l’intérieur des masets. Les puits proches du maset ou accolés à celui-ci ont une voûte en pierre. Les masets du sud de l’Ardèche, qu’il ne faut pas confondre avec les grangettes agricoles, sont d’anciennes maisonnettes du dimanche. Les masets sont le plus souvent de plan rectangulaire, parfois de plan carré.

Les murs sont toujours crépis au mortier de chaux blanc ou rose et décorés par un enduit ou une peinture à base de colorants minéraux, principalement ocre rouge, ocre orangé. Le décor imite la pierre de taille ou l’appareil de briques. Il peut y avoir dans le pignon-façade un pigeonnier, reconnaissable à ses trous d’envol. Ces maisonnettes qu’étaient les masets, sont les ancêtres de la résidence secondaire. Leurs propriétaires, commerçants ou employés des villes, d’origine rurale, y venaient le dimanche, y entretenant une vigne ou un jardin et restant ainsi attachés à leurs racines rurales. Aujourd’hui, les masets les plus proches des villes ont été absorbés par l’urbanisation, ainsi à Aubenas. Causse, Physiologie du mazet ou aperçu du mazet au point de vue philosophique, Clavel-Ballivet, Nîmes, 1862, 24 p.

Ernest Sarran d’Allard, Les mazets nîmois, dans Revue du Midi, t. Jules Igolen, Nîmes, la garrigue et les mazets, les sept collines, les anciennes fortifications, Chastanier, Nîmes, 1936, 163 p. Monique Bernat, Un maset en pierre sèche dans la garrigue nîmoise, dans Connaissance du pays d’oc, No 41, janvier-février 1980, pp. Josette Jardin, Les capitelles et masets du quartier de Villeverte III sont sauvés ! Maisons paysannes de France, 1980, No 2, pp. Michel Rouvière, Les masets , in Revue de la Société des enfants et amis de Villeneuve-de-Berg, 53e année, n.

No 1 de Histoire et civilisation de l’Uzège, 2007, 48 p. Pascale Parat-Bezard, Le maset : phénomène social nimois au XIXe siècle et jusqu’aux alentours de 1930, in Collectif des Garrigues, Atlas des Garrigues, regards croisés, novembre 2013, pp. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 4 avril 2017 à 20:14.