La Cuisine à la vapeur (Guides Marabout) PDF

Vue de la colonie de La Calle, chef-lieu de la Compagnie royale d’Afrique sur la côte de la Barbarie, 1788. Deux définitions qui s’opposent de  pied-noir  indiquent assez bien l’imprécision de ce terme. Français d’origine européenne installé en Afrique du Nord jusqu’à l’époque de l’indépendance. Le seul groupe commun la Cuisine à la vapeur (Guides Marabout) PDF deux définitions est celui des Français d’Algérie descendants d’émigrants européens, et  rapatriés  dans les années 1960.


L’exclusion, par l’une ou l’autre définition, des rapatriés du Maroc et de Tunisie, ou des Juifs séfarades et des descendants d’autochtones de citoyenneté française  rapatriés  d’Algérie, reflète l’attitude d’acceptation ou de refus de l’expression  pied-noir  par les membres de ces groupes. 1830, se sont installés en Algérie pour en faire une colonie de peuplement. Français, les Turcs et les Arabes. D’autre part, les deux définitions n’ont pas la même extension temporelle : le Robert réserve l’appellation aux personnes contemporaines de la guerre et du départ d’Algérie, alors que Larousse semble lui donner une valeur rétroactive. Dès lors, selon la définition du Larousse, les colons installés dès 1560 dans les  possessions françaises sur la côte septentrionale de l’Afrique , telles que le Bastion de France et La Calle, sont considérés comme des pieds-noirs qui s’ignoraient.

L’origine de l’expression fait l’objet de plusieurs hypothèses. Ces chauffeurs étant souvent algériens,  pied-noir  a ensuite désigné, par extension, un Algérien. Son emploi actuel n’est attesté qu’en 1955. Après une journée dans les marais, la couleur des pieds des premiers colons qui ont cherché à sécher les marais de la Mitidja pour en faire une terre cultivable, au prix de milliers de morts de la malaria. Une bande de jeunes Français du Maroc, amateurs de cinéma américain, se seraient eux-mêmes baptisés  pieds-noirs  en référence aux tribus amérindiennes de la Confédération des Pieds-Noirs.

Le terme  pied-noir  étant d’origine incertaine, son usage courant est donc générique et imprécis. Il convient donc d’établir des distinctions pour en apprécier la portée. D’une part, certains membres de cette communauté considèrent l’appellation  pied-noir  comme péjorative, voire offensante, et lui préfèrent la dénomination, plus formelle, de  Français d’Algérie , beaucoup plus conforme à la réalité. Européens rapatriés d’Algérie : communément appelés pieds-noirs, ils sont de loin les plus nombreux. En 1962, environ 800 000 pieds-noirs quittent l’Algérie dont 512 000 entre le mois de mai et le mois d’août. Juifs rapatriés d’Algérie : souvent associés aux pieds-noirs, estimés à 120 000 en 1962, environ 110 000 s’installent en France en 1962. Dans l’usage courant  pied-noir  est un quasi-synonyme de  rapatrié d’Algérie .

Rapatrié  fait référence à un statut administratif qui a concerné, à partir de 1962, les  Français d’Algérie  originaires des départements français d’Algérie et du Sahara au moment de l’indépendance de ces deux entités le 5 juillet 1962. Il a été utilisé par le gouvernement de l’époque pour masquer un véritable exode. Européens d’Algérie, pour décroître après la loi sur les naturalisations du 26 juin 1889. 1956 le rapatriement des Français de souche européenne. On ne transige pas lorsqu’il s’agit de défendre la paix intérieure de la nation, l’unité, l’intégrité de la République. Les départements d’Algérie constituent une partie de la république française. Ils sont français depuis longtemps et d’une manière irrévocable.