L’Ombre des Taliban PDF

Afghanistan, qui contrôle de facto l’Afghanistan de 1996 à 2001. Omar est issu d’un milieu paysan, ce qui influencera beaucoup ses idées. Après avoir suivi des cours de théologie dans l’Ombre des Taliban PDF séminaire deobandi pakistanais à la frontière, il se rend dans un village de la région de Kandahar, Sangesar, pour y fonder une école coranique. Il prend alors le titre de mollah.


Ahmed Rashid nous livre une analyse sans équivalent du mouvement islamiste extrême, dont le nom est sur toutes les lèvres, comme une des plus grandes menaces inattendues qui pèse sur l’Asie Centrale, le Moyen-Orient et le monde. Il nous plonge au coeur de l’histoire du mouvement des talibans depuis leur soudaine et spectaculaire apparition en 1994, à travers l’étude de ses racines historiques, idéologiques et géopolitiques. Pétrole, drogue, fanatisme, terrorisme,-tous les paramètres font de l’Afghanistan et de cette zone stratégique une véritable poudrière internationale

Au printemps 1994, des villageois se plaignent auprès de lui de l’enlèvement de deux jeunes filles par un chef local. Le mouvement taliban fait alors son apparition en Afghanistan en 1994 et gagne rapidement du terrain, notamment parmi les populations pachtounes, apparaissant comme une alternative à la guerre civile. Le mollah Omar est le principal commanditaire de leur destruction, survenue en mars 2001. Bien que dirigeant de fait l’Afghanistan, le mollah Omar se fait remarquer par sa discrétion, quittant peu sa maison de Kandahar. Il ne se rendit que deux fois à Kaboul, qu’il considérait comme une ville pervertie et occidentalisée. Il ne donne que très peu d’entrevues, et on ne possède que très peu de photos de lui.

S’il exerce une haute influence, le mollah Omar ne dirige pas le gouvernement de Kaboul. Sa conduite est déléguée à une choura, qui s’élargit au fil des années, et qui devient de fait le gouvernement du pays. Rabbani, nommé chef du  Conseil de surveillance . Le 1er mars 2001, les Talibans commencent la destruction des Bouddhas de Bâmiyân au moyen d’explosifs et de tirs d’artillerie. Dans sa volonté d’instaurer un état islamique strict, il fait fermer les écoles de filles, interdit aux femmes de se déplacer seules dans les rues sans être accompagnées par un homme, déclare illégales la musique, les cassettes vidéo, les photographies d’êtres vivant et la pratique du cerf-volant.