L’intentionnalité et les mondes possibles PDF

Cette théorie n’en est qu’à ses débuts, elle a pourtant le soutien de Roger Penrose l’intentionnalité et les mondes possibles PDF de Stuart Hameroff. Pribram et Henry Stapp ont, de leurs côtés, proposé une variante. L’argument principal de l’hypothèse de l’esprit quantique est que la physique classique ne pourrait à elle seule expliquer la conscience. Cela parce que Galilée et Newton excluent les sensations du monde physique.


Les articles présentés et traduits dans le présent ouvrage, réunis sous un titre qu’approuva l’auteur lors de sa première publication, portent sur la période qui s’ouvre peu d’années après la publication de Knowledge and Belief et qui s’étend jusqu’aux prémices des découvertes qui ont relancé une recherche particulièrement féconde – la sémantique des jeux, parfois plus connue sous l’acronyme de GTS, et la Logique IF, ou Independance Friendly Logic, développée avec Gabriel Sandu. L’Intentionnalité et les mondes possibles montre jusqu’où la sémantique des mondes possibles permet de rendre compte de l’intentionnalité et d’en explorer les multiples dimensions : les six articles dégagent les méthodes et les directions de recherche ainsi ouvertes. Une postface de la traductrice les met en perspective relativement aux aboutissements actuels des travaux de Hintikka, en explorant sommairement certaines des méthodes et des recherches des deux premières décennies du vingt et unième siècle – occasion de s’apercevoir que l’épistémologie générale et spéciale, l’informatique théorique contemporaine aussi bien que l’exploration de la nature de la métaphore trouvent à se nourrir de la relance permanente du questionnement assurée par l’enquête-Hintikka, et ce, parfois, de manière très surprenante.

Pour que les scientifiques soient capables de décrire la nature mathématiquement, Galilée pensait qu’ils devaient se contenter d’étudier les propriétés essentielles des corps -la forme, le nombre et le mouvement- qui pouvaient être mesurées et quantifiées. Dans le formalisme de Bohm, il y a un niveau fondamental où la conscience n’est pas distincte de la matière. La position de Bohm sur la conscience est liée à la théorie holographique du cerveau de Karl Pribam. Celui-ci considère que la vue et les autres sens sont des lentilles sans que les autres sens apparaissent comme des hologrammes. En essayant de décrire la nature de la conscience, Bohm évoque l’expérience d’écouter de la musique.

Il pense que la sensation de mouvement et de changement qui constitue l’expérience de la musique provient à la fois du passé immédiat et du présent conservés ensemble dans le cerveau, que les notes du passé sont vues comme des transformations plutôt que des souvenirs. Les notes qui étaient implicites dans le passé immédiat sont perçues comme explicites dans le présent. Bohm considère que le mouvement, les changements et aussi la cohérence d’expériences comme écouter de la musique comme la manifestation d’un ordre implicite. Les implications de la théorie de Bohm dans le domaine du problème corps-esprit sont actuellement étudiées par Paavo Pylkkänen. L’idée principale développée dans son papier est que la cohérence quantique peut être entretenue dans les canaux ioniques des neurones suffisamment longtemps pour pouvoir être utilisée par les processus neuronaux. De plus, ces canaux peuvent se superposer aux lipides environnants, des protéines et d’autres canaux de la même membrane.