Légendes – Livre second: Thriller fantastique PDF

Please forward this error screen to cloud1. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Accroche sur l’affiche américaine du film : Terror has a new name. Accroche sur l’affiche française du film : J’avais 27 ans la première fois que je légendes – Livre second: Thriller fantastique PDF mort.


Que se passerait-il si toutes les créatures qui peuplent depuis la nuit des temps nos plus terrifiantes légendes existaient réellement ?

Yann Kardec est désormais le dernier membre de l’Ordre des Sentinelles dont l’origine remonte aux Templiers, tandis que les frontières de l’Autre Monde s’ouvrent pour laisser déferler sur l’Humanité ses plus terribles créatures Les seuls êtres susceptibles de l’aider ont perdu la vie par la faute de Diane Da’ Naãn, la plus ancienne ennemie de sa famille, depuis des générations. Cette immortelle, fille des Sidhes qui régnaient sur la Terre avant que les hommes ne les chassent vers l’Autre Monde, n’a qu’un seul objectif : s’emparer de « La Clé ». Ce puissant artefact magique et millénaire scellera la perte des Hommes s’il tombe entre ses mains et Yann Kardec doit le retrouver, à tout prix, avant qu’il ne soit trop tard… Mais, surgi du passé, un terrifiant personnage vient rejoindre les rangs de Diane Da’ Naãn pour l’aider à reconquérir « La Clé » et détruire Yann Kardec, le dernier obstacle qui se dresse sur sa route. Des brumes de Bretagne aux monts du Gévaudan, du plus ancien cimetière de Paris à la forteresse hantée de Gilles de Rais, le légendaire Barbe-Bleue, Yann Kardec ira à la rencontre de son destin dans une confrontation finale qui lui révélera sa véritable nature.

Désormais les légendes tuent. L’humanité survivra-t-elle ?

EXTRAIT :

Elle s’appelait Jeanne, Jeanne Boulet.
Et elle fut la première.
Ce soir-là, elle était allée mener le petit troupeau de vaches que possédait sa famille dans une pâture éloignée de la modeste ferme où elle habitait, avec son père, sa mère, ses deux frères et sa soeur. Au loin, sur les causses, l’orage grondait. Il se rapprocherait, rapidement. Il fallait que Jeanne se dépêche de rentrer. À cause de l’orage qui ne devait pas la surprendre, et à cause d’autre chose, qui s’était produit quelques semaines auparavant, non loin, près de Langogne, et dont le bruit s’était répandu jusqu’au petit village où Jeanne habitait, encore plus vite que les grondements du tonnerre. Une femme de Langogne, une vachère, attaquée à la tombée de la nuit par une grande ombre, qu’elle n’avait pu identifier, et qui avait dû son salut à la présence de son troupeau qui avait mis l’ombre en fuite, la repoussant dans l’obscurité des bois.
Il faisait frais, l’été tardait à prendre ses quartiers sur les monts venteux du Haut-Allier.
Jeanne frissonna.
Mais il n’y avait pas que le froid qui faisait trembler la jeune fille. Elle pensait à l’histoire que son père leur avait racontée, cette étrange attaque qui, heureusement, n’avait pas fait de victime. Il y avait bien de nombreuses meutes de loups dans cette partie reculée et désertique du royaume, mais les loups n’attaquaient pas l’homme, contrairement à ce que racontaient les légendes, sauf en cas d’extrême nécessité, poussés l’hiver par la faim, ou si une personne était blessée et à terre. C’est son père qui le lui avait dit.

Il rencontre alors une petite fille nommée Jackie et sa mère alcoolique. Ensemble, ils tentent d’élucider le mystère de la mort de Jack, survenue en 1993. Puis, avant de mourir, Jack se sert des informations acquises dans le futur afin d’améliorer la vie de la femme qu’il aime. Starks rencontre un jeune type qui accepte de le prendre en auto-stop.

Un policier les arrête, et ce type tue le policier qui touche Starks d’une balle en essayant de se défendre. Laissé pour mort, il est jugé et interné au centre psychiatrique. Dans ce centre, il va rencontrer Rudy Mackenzie, un gars paumé qui s’est enfermé deux mois chez lui, après la séparation de son couple. L’anecdote se trouve dans le fait que, lorsque Starks chute sur la glace, et se fracasse le crâne, on peut voir Rudy regardant Starks avec dans la main une ficelle verte. Quelques minutes après, quand Starks raconte son histoire et qu’on le met à la morgue, on voit une scène du jeune type qui a tiré sur le policier, assis dans un bar. Si vous regardez bien, il joue avec une ficelle verte.

On peut en conclure que c’est Rudy l’assassin du policier. The Jacket est une inversion du thème du voyage dans le temps dans le film de 2004, L’Effet papillon. Au lieu du déplacement dans le passé pour modifier le présent, Starks voyage dans le futur pour modifier le passé. Le synopsis du film L’Échelle de Jacob de 1990 possède un certain nombre de similitudes avec The Jacket. Les protagonistes des deux films ont des expériences de quasi-mort tout en servant dans l’armée, et les deux expériences leur créent des désordres post-traumatiques d’ordre psychologique. Les scènes de thérapie de groupe, au sein de l’hôpital, font penser aux scènes du film Vol au-dessus d’un nid de coucou de 1975. Ce film présente des similitudes avec le roman Le Vagabond des Étoiles de Jack London où le héros, un prisonnier condamné à mort pour un délit qu’il n’a pas commis, se voit habillé d’une camisole de force pendant des dizaines de jours.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 5 janvier 2019 à 18:03. Affiche de King Kong classique du cinéma fantastique hollywoodien des années 1930. Le cinéma fantastique est un genre cinématographique regroupant des films faisant appel au surnaturel, à l’horreur, à l’insolite ou aux monstres. L’intrigue se fonde sur des éléments irrationnels, ou irréalistes. Le fantastique se définit par rapport à l’irrationnel et à l’anormalité.