Jésus raconté par le Juif errant PDF

Réputé immortel, la tradition alchimique jésus raconté par le Juif errant PDF attribue la paternité de l’œuvre ésotérique La Très Sainte Trinosophie. Personnage mystérieux entouré de légendes, il a inspiré de nombreuses œuvres littéraires et artistiques jusqu’à nos jours. Quoi qu’il en soit, certains virent en lui le descendant caché de quelque personnalité royale, et dans cette filiation supposée la raison de son intimité avec le roi Louis XV.


Selon une légende antisémite médiévale, le Juif Errant fut condamné à une éternelle marche forcée sur la Terre pour avoir frappé Jésus. Avec un extraordinaire talent de conteur, Edmond Fleg (1874-1963), l’une des personnalités juives les plus marquantes de ce siècle, renverse le mythe et fait de ce marcheur maudit l’un des paralytiques guéris par Jésus. Fasciné, comme nombre de ses contemporains, par le Rabbi de Galilée, le Juif Errant se met à le suivre, devient le proche témoin de sa vie et de sa Passion, et tentera même de le sauver.

Ces confessions imaginaires du Juif Errant sont ainsi la toute première lecture juive des Évangiles. Grâce à « une rare combinaison de ferveur populaire, d’exigence morale et d’érudition historique » comme le dit le rabbin Josy Eisenberg dans sa préface, Edmond Fleg réussit à la fois à « parler du Juif Jésus aux Juifs et de Jésus le Juif aux chrétiens », posant les bases d’un dialogue plus que jamais actuel.

Résidant à Londres où il brille dans les salons comme musicien, Saint-Germain quitte la capitale britannique en 1746. On perd sa trace pendant 12 ans. Pour certains, il se retire en Allemagne où il se consacre à ses recherches chimiques et alchimiques. Pourtant, il est plus souvent à Paris qu’à Chambord. Il se fait présenter à la marquise de Pompadour, qui l’introduit auprès du roi, Louis XV.

Si le comte s’est attiré la sympathie du roi, il s’est en revanche aliéné le puissant duc de Choiseul, principal ministre de Louis XV, qui lancera une campagne pour le discréditer. Rapidement, la supercherie est dévoilée et Gauve reconnu. Contrairement à ce qu’attend Choiseul, le vrai Saint-Germain n’en sort pas ridiculisé, mais grandi. Le 14 février 1760, le roi, voulant en finir avec la ruineuse guerre de Sept Ans, envoie le comte aux Pays-Bas pour négocier des pourparlers de paix. Sur le point d’être arrêté, il s’enfuit en Angleterre, se réfugiant à Londres pendant trois mois. On le signale alors en Italie, en Russie, en Saxe et en Prusse : partout il cherche à monter des recherches sur les pigments et les couleurs.