Histoire et dictionnaire de la Renaissance vers 1470-1559 PDF

C’est essentiellement une forme polyphonique vocale a cappella, non accompagnée par des instruments, toutefois l’usage tolère le remplacement des voix par des instruments. Contrairement aux musiques strophiques de ce temps, la plupart des madrigaux sont composés sur des poèmes de qualité, sans répétition, ni histoire et dictionnaire de la Renaissance vers 1470-1559 PDF. Les premiers exemples du genre datent des années 1520.


« Un siècle si plein de lumières »… C’est ainsi que Rabelais qualifie son époque. Les contemporains de la Renaissance – étiquette qui a été collée à cette période par l’historiographie du XIXe siècle – ont cru à l’avènement d’un nouvel âge d’or : il allait faire disparaître définitivement l’ignorance et triompher des « ténèbres gothiques » du Moyen Âge. La France – après l’Italie – participe à ce bouleversement. Elle s’ouvre à la révolution de l’imprimé ; les guerres d’Italie resserrent les liens entre les lettrées et les artistes de part et d’autre des Alpes. Les noms de Ronsard et du Bellay en littérature, de Philibert Delorme et Jean Goujon en architecture et sculpture, de Clément Janequin en musique, d’Ambroise Paré et Jean Fernel en médecine, attestent l’éclat de la culture française protégée par un grand roi, François Ier. C’est aussi un temps d’affermissement du pouvoir royal, d’essor démographique, de dynamisme des échanges. Mais le sentiment de renouveau ne touche qu’une frange de la population ; paysans, artisans et pauvres voient les travaux et les jours se succéder sans changement notable. L’ébranlement du vieil édifice des idées et des mœurs suscite bien des inquiétudes, dont le soupçon de l’hérésie, avec la diffusion des doctrines de Luther puis de Calvin. Les premiers bûchers s’allument, prélude aux guerres civiles.

Elle est favorisée par l’émergence d’une poésie en langue italienne de qualité. Mais le madrigal subit aussi l’influence des chansons françaises et du style polyphonique du motet importé en Italie par les compositeurs franco-flamands installés dans la péninsule. Zarlino fixe en 1558 les règles de l’accord parfait majeur et mineur. Bembo insiste sur la sonorité et la place des mots dans les vers, sur le raffinement du texte qui doit aborder des sujets plus sérieux et une forme plus libre. En second lieu, l’Italie accueille de plus en plus les compositeurs franco-flamands attirés par le développement culturel au sein de l’Église catholique, et par l’opportunité d’obtenir des charges dans les cours aristocratiques ou dans les institutions ecclésiastiques.

Europe et auprès d’autres milieux sociaux. Les premiers madrigaux sont l’œuvre de Florentins ou Franco-Flamands au service des Medicis. Vers 1520 paraît un recueil de Bernardo Pisano Musica di messer Bernardo Pisano sopra le canzone del Petrarcha. C’est le premier recueil imprimé comprenant les seules œuvres d’un même compositeur. Les deux styles vont cohabiter quelque temps.

Il s’agit de pièces composées à Florence une dizaine d’années auparavant par le compositeur français Philippe Verdelot. Il y inclut également des œuvres de Sebastiano et Costanzo Festa. Il s’agit encore d’œuvres de transition. Jacques Arcadelt publie son premier livre de madrigaux à Venise en 1539. Sa musique, comme celle de Verdelot, est plus proche de la chanson française que de la frottole italienne, ce qui n’est pas étonnant compte tenu de l’origine des deux compositeurs.