Haïti, pour reprendre sa place sur la scène internationale PDF

Les Français croient-ils au réchauffement climatique de la planète ? Faut-il réduire la population mondiale pour sauver haïti, pour reprendre sa place sur la scène internationale PDF planète ? Dans un communiqué de presse du 16 mars 2009, l’OPT écrivait même sous le titre  Earth heading for 5 billion overpopulation ?


Malgré la distance, l’auteur reste très attaché à sa terre natale. Réaliste, il s’empare de sa plume pour essayer de toucher ses compatriotes à cultiver la vertu politique. Cet ouvrage est porteur d’idées nouvelles, capable de changer les manières, bousculer les habitudes d’une société en quête de valeurs et d’identité qui lui est sienne.
Le fil conducteur qui traverse ce livre, c’est la nécessité de repenser l’activité politique. L’auteur analyse la situation d’Haïti, il comprend mal qu’un Etat libre et indépendant n’arrive à assurer le service minimum pour le bien-être de ses concitoyens. A ce stade, on se demande où est passé la fierté haïtienne, la proclamation de la Liberté générale de 1793, l’Indépendance d’Haïti de 1804 ?
Ce qui est inadmissible, c’est que le pays a encore toutes les cartes en mains pour retrouver son autonomie financière et recréer son destin. Convaincu que l’homme est partout identique, il constate que le gémissement de la population est dû à l’absence d’idéologies. L’auteur trouve une
technique particulière pour les inciter à la révolte intelligente qui accompagne la connaissance de soi. Dépositaire d’un projet de société pour une Haïti nouvelle qui porte le nom de : « Haïti pour reprendre sa place sur la scène internationale ».
Il est plus qu’optimiste que dans 20 à 30 ans de travail acharné, les Haïtiens pourront non seulement redonner de la couleur aux contrées du pays mais aussi contribuer à aider les pays en difficultés au lieu d’être un potentiel bénéficiaire. Pour qu’un Etat attire le regard sympathique des citoyens du monde vers lui, il a besoin d’appliquer à l’intérieur de ses frontières ce principe triptyque
fondamental : « le savoir-faire (compétence et progrès scientifique), le beau (Architecture) et le respect de la vie (Justice et équité) ». Tel est le défi à relever par Haïti pour regagner son image d’antan. Lorsque la fibre intelligible aura traversé ce peuple, il s’émerveillera de sa superbe.
Puisse cette belle et compréhensible monographie les rapprocher vers les ruées de la République idéale.

La Terre se dirige-t-elle vers une surpopulation de cinq milliards ? Faut-il pour autant réduire la natalité dans les pays où elle est la plus élevée, à savoir les pays en développement ? Pas forcément car tout dépend de l’empreinte écologique des Etats, c’est-à-dire la multiplication entre le nombre d’habitants d’un territoire et leur impact sur l’environnement. Comme Yves Cochet, qui souhaite diminuer les allocations familiales au-delà du deuxième enfant. Je préfère une neutralité du gouvernement vis-à-vis de la natalité. Les allocations familiales ne sont qu’un reste d’une politique nataliste héritée de la défaite de 1870 et du besoin de chair à canon de la IIIe République pour prendre sa revanche sur l’Allemagne.

Ce qui fut vrai, ce qui est maintenant faux. La surpopulation : malthusianisme, darwinisme ou véritable problème écologique ? Cette entrée a été publiée dans COP de Copenhague, Démographie, Pollution. 183 commentaires à Faut-il réduire la population mondiale pour sauver la planète ? La question de la population et de sa croissance est une question clé de l’écologie ET du bonheur, merci de la mettre sur la table.