France sécurité : Grands itinéraires PDF

La signalisation ferroviaire française est l’ensemble des signaux conventionnels du france sécurité : Grands itinéraires PDF ferré français, destinés à assurer la sécurité des usagers du rail. Elle a été créée en 1930 par l’adoption du Code Verlant. Historiquement, chaque compagnie privée de chemin de fer avait conçu et mis en œuvre sa propre signalisation.


Cependant, pendant la première Guerre mondiale s’étaient multipliées les interpénétrations de trains entre réseaux. Il devenait donc nécessaire de créer une nouvelle signalisation unifiée. La commission Verlant rend son rapport fin 1927. Le nouveau code des signaux reçoit l’approbation du ministère des travaux publics le 1er août 1930. Auparavant, l’indication d’ouverture des signaux pour observation de nuit était le feu blanc, mais, avec le développement de l’éclairage public, cette »couleur » subsiste uniquement pour les refoulements ou les voies de service. On lui substitue la couleur verte qui était dévolue à l’observation de nuit des signaux d’annonce d’arrêt, constitués d’une cocarde à damier vert et blanc, en forme de losange, et appuyés par un contact fixe dit « crocodile ».

L’implantation des signaux se fait normalement du côté où les trains circulent : généralement à gauche car les trains circulent le plus souvent à gauche. Dans certains établissements ou sur certaines sections de ligne, lorsque la configuration du lieu l’impose, les signaux peuvent être implantés à droite. Ils sont alors équipés d’une flèche blanche désignant la voie à laquelle ils s’adressent. Il n’est pas fait usage de flèches blanches. Pour les voies desservant un quai, ils peuvent être présentés côté quai.

Le cantonnement s’appuie sur un découpage de la ligne en cantons. Les cantons présents sur une ligne entre deux gares font partie intégrante du système de block. Dans le cas d’une voie unique, des enclenchements existent sur les blocks manuels afin d’éviter une erreur aboutissant à un nez-à-nez. Articles détaillés : Block automatique lumineux et Block automatique à permissivité restreinte. Un train ne peut, normalement, pénétrer dans un canton que si celui-ci est libre. Le canton est une section de voie, généralement délimitée par des signaux, dont la longueur est fonction de la distance d’arrêt ou de ralentissement d’un train, dans les conditions les plus défavorables sur la portion de ligne considérée. Ceci permettra d’optimiser l’utilisation d’une ligne et de rapprocher encore deux circulations successives.

En comparaison, le cantonnement virtuel du RER A permet d’atteindre un espacement de 90 s entre deux trains à pleine vitesse. Quelques signaux sont spécifiques aux manœuvres. Le respect des signaux est impératif, condition sine qua non de la sécurité. Le premier article du règlement de sécurité de la SNCF indique que  tout agent, quel que soit son grade, doit une obéissance passive et immédiate aux signaux qui lui sont présentés.

Les signaux peuvent être fixes ou mobiles, du type lumineux ou du type mécanique. Les signaux mécaniques se font maintenant de plus en plus rares, car remplacés par le standard lumineux. La position  ouverte  annule l’indication du signal. Les signaux mécaniques se présentent sous forme de cocardes, de tableaux ou d’ailes de formes et de couleurs différentes. Les signaux lumineux sont constitués de feux de couleur sur un panneau noir avec une bordure blanche. On parle de signal combiné lorsque que le signal peut présenter plus de deux indications. Remarque : dans un but de lisibilité accrue, seuls les éléments les plus courants sont ici présentés.

Carré Le carré commande l’arrêt et ne doit en aucun cas être franchi. Carré violet Équivalent au carré, il est installé sur les voies de service, son ouverture seule, n’autorise pas le départ en ligne. Guidon d’arrêt Le guidon d’arrêt est utilisé pour protéger des appareils de voie isolés ou des passages à niveau, à la place d’un signal d’arrêt à main. Sémaphore Le sémaphore commande l’arrêt, et peut être franchi en marche à vue après l’arrêt complet dans certains cas. C’est un signal de cantonnement, il sert à espacer les trains et donc à éviter le rattrapage.

La marche peut ensuite continuer après une autorisation verbale. Avertissement L’avertissement commande au conducteur d’être en mesure de s’arrêter avant le prochain signal. Feu jaune clignotant Le feu jaune clignotant sert à annoncer un avertissement qui est à distance réduite du signal d’arrêt, c’est-à-dire à une distance inférieure à la distance normale de freinage. Ce n’est pas à proprement parler un « Rappel » mais un signal d’exécution. Voie Libre Le Voie Libre indique au conducteur que la circulation en marche normale est autorisée, si rien ne s’y oppose. Feu blanc Le feu blanc commande ou confirme la marche en manœuvre. Feu blanc clignotant Le feu blanc clignotant commande la marche en manœuvre sur un parcours de faible longueur.

Il interdit dans tous les cas le départ en ligne d’un train. Ils peuvent être fixes ou mobiles, lumineux ou anciennement mécaniques. Lorsqu’ils sont fixes, ils annoncent une pancarte Z. Lorsqu’ils sont mobiles, ils annoncent un TIV de rappel lumineux ou anciennement mécanique à chiffres blancs sur fond noir. Lorsqu’ils sont ouverts, les TIV mobiles présentent une bande lumineuse ou réflectorisée blanche verticale. Celui-ci est équipé pour la répétition des signaux en cabine de conduite, grâce à un crocodile placé sur la voie. Il peut également être utilisé lorsque deux restrictions de vitesses sont successives et peut annoncer la première ou la seconde restriction.

Ce tableau annonce un TIV pour les lignes équipées de préannonce KVB. Cette pancarte indique que le train est dirigé vers une voie en Impasse. Sur certaines lignes, des itinéraires de contresens sont prévus pour permettre la circulation dans le sens inverse au sens normal. Cela peut permettre d’assurer la circulation des trains dans les deux sens sur une même voie lorsque la voie contiguë est en travaux, en incident ou tout simplement pour dépassement. Ce genre d’installation se nomme  I. L’entrée en IPCS peut se faire sans pour autant changer de voie.

La sortie d’IPCS peut se faire sans pour autant changer de voie. Cette pancarte indique le point d’arrêt des TGV sur le quai concerné. Le nombre inscrit correspond à la longueur du TGV. L’alimentation électrique d’une ligne ferroviaire a généralement recours à plusieurs sources d’alimentation.