« Féminité » du peuple de Dieu PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Si ce « Féminité » du peuple de Dieu PDF n’est plus pertinent, retirez-le.


Elle ne doit pas être confondue avec la culture de masse ou la culture médiatique. La culture populaire se définit souvent indirectement, par opposition à d’autres formes de cultures. Les traditions populaires du monde rural ont été généralement décrites sous le terme de folklore, terme savant à l’origine, passé depuis dans le langage courant avec une forte connotation de mépris ou de dévalorisation. C’est ainsi que les musées qui remettent cette culture à l’honneur parlent généralement de  traditions populaires  et guère de  folklore .

L’année est rythmée par le calendrier rural, en particulier les moissons. Les grands évènements sont les foires, les fêtes religieuses et les mariages. L’industrialisation est également l’occasion d’un brassage de cultures, dû à des flux migratoires vers les régions industrielles demandant de la main-d’œuvre, ainsi qu’au développement des chemins de fer. Elle se généralise un peu plus tôt dans les pays de religion protestante, où chacun doit être capable de lire la Bible. En France, en 1881, les lois Ferry instituent l’école gratuite et obligatoire, qui permettra l’accès de tous à la culture écrite. Les mouvements d’éducation populaire prennent leur essor, militant pour une diffusion de la connaissance au plus grand nombre afin de permettre à chacun de s’épanouir et de trouver la place de citoyen qui lui revient.

Allemagne, puis en France et en Belgique, permettant à une part croissante de la population de partir en vacances. Le développement massif de la culture de masse aux États-Unis, et ce qu’on a appelé  l’américanisation  du monde dans les années 1930, va amener de nombreux intellectuels et sociologues à se pencher sur l’influence de la culture de masse sur nos modes de vie. Pour autant l’expression de  culture de masse  revêt, au même titre que celle de  culture populaire  une connotation trop souvent péjorative aux yeux de certains. Ainsi serait-elle assimilée, de façon plus ou moins implicite, à une forme de culture  facile , américanisée, régie par de grandes multinationales, surmédiatisée et globalement inférieure à la  vraie culture , plus difficile d’accès. Cet argument n’est cependant tenable qu’à condition de tenir ces musiciens pour des musiciens de qualité, ce qui exige un gage d’objectivité. Or, c’est bien trop souvent les mêmes partisans de cette culture qui la jugent. Elvis Presley et les Beatles peuvent tout aussi bien être considérés sous un autre angle, selon lequel ils seraient les premiers véritables produits de masse dont la popularité repose moins sur leurs qualités que sur leur image.

Néanmoins, l’opposition d’une culture dite  basse  à une véritable culture est tout aussi absurde. Car là encore, ce sont ceux qui revendiquent leur culture comme supérieure qui la jugent comme telle. En France, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, le gouvernement essaye de redonner un intérêt à l’art et à la culture. Dans les années 70, le gouvernement français se rend compte que l’ouverture de structures ne suffit pas à la démocratisation de la culture. Selon lui, il faut rendre accessible les grandes œuvres d’art au plus grand nombre.

La culture anthropologique définit la culture comme étant personnelle à chaque individu, elle est donc différente d’une personne à une autre. Ce dernier va améliorer les décisions prises par Malraux durant son mandat. Malheureusement, la médiation culturelle connaît un recul. Représentation satirique dans le style rococo d’un banquet d’élection. Les sciences de l’information et de la communication ont mis en évidence le faux débat démagogique entre culture populaire et art savant instauré par les médias et les grands groupes de communication. La confusion entre  arts et traditions populaires  et  culture populaire industrialisée  pollue ce débat. Richard Hoggart, La culture du pauvre , Éditions de Minuit, 1970, 424 p.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 5 décembre 2018 à 18:20. Cette page est en semi-protection longue. Le titre de cette page ne peut être modifié.

Dieu ,  et littéralement,  le Dieu   avec un article défini. Coran, de qualificatifs tels que  puissant ,   savant ,   clément , etc. Allah existe au sein du panthéon polythéiste arabe et est un dieu créateur. Allah est revendiqué comme étant uniquement musulman. L’exemple de la décision de la Cour malaise en 2009 contre son utilisation par les communautés malaises chrétiennes confirme ce passage d’un terme historiquement multiconfessionnel à un terme uniquement associé à l’islam. Les Akkadiens déjà utilisaient le mot ilu pour dire « dieu » entre 4000 et 2000 av. L’étymologie la plus répandue est que le terme Allah est une contraction de Al-Ilāh.

Le mot aurait ensuite été univerbé. Les composants du mot Allah en arabe »:1. De nombreux lexicographes arabes se sont penchés sur la question de l’étymologie du mot Allah. Plusieurs hypothèses ont ainsi été avancées au cours de l’histoire. La première est qu’il s’agit d’un  nom propre à Dieu qui ne le désigne par aucune qualité particulière, qui n’est pas dérivé et dont l’article ne peut être ôté . Un des arguments exposés est que lorsqu’on lui ajoute le mot yā d’interpellation, on dit yā Allāh, tandis que pour tous les mots portant un article, l’article est supprimé après le yā. Une seconde serait de faire dérivée le nom d’Allah d’une racine.