Excursion dans la péninsule ibérique : Espagne & Portugal PDF

Cette page fait l’objet d’excursion dans la péninsule ibérique : Espagne & Portugal PDF mesure de semi-protection étendue. Le Maroc fonde sa revendication sur les accords de Madrid et sur la base de liens d’allégeance passés entre les tribus sahraouies et les sultans du Maroc.


Excursion dans la péninsule ibérique : Espagne & Portugal / par Eugène Gallois,…
Date de l’édition originale : 1899
Sujet de l’ouvrage : Espagne — Descriptions et voyagesPortugal — Descriptions et voyages

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

La Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental patrouille l’ensemble du territoire. Article détaillé : Histoire du Sahara occidental. Abdellah ben Yassin et d’un chef local et fondent le mouvement almoravide. Portugais et les Espagnols installent des forts sur la côte, mais en sont chassés après quelques décennies.

Articles détaillés : Sahara espagnol et Afrique occidentale espagnole. Elle établit des comptoirs commerciaux et une présence militaire. Les tribus locales luttent contre la puissance coloniale avec l’aide du sultan marocain. Entre octobre 1957 et avril 1958, le Maroc à la suite de l’indépendance de sa partie nord en 1956, tenta de libérer Ifni, Tarfaya et le Sahara occidental de l’occupation espagnole, en soutenant l’Armée de libération nationale du Maroc sud, formée d’irréguliers marocains et de tribus sarhaouies. En 1963, le Maroc fait inscrire ce territoire sur la liste des territoires non autonomes de l’ONU.

Article détaillé : Guerre du Sahara occidental. Les éléments et renseignements portés à la connaissance de la Cour montrent l’existence, au moment de la colonisation espagnole, de liens juridiques d’allégeance entre le sultan du Maroc et certaines des tribus vivant sur le territoire du Sahara occidental. Cependant, l’avis conclut qu’ils ne sont pas de nature à empêcher un référendum d’autodétermination, en y rendant inapplicable la notion de terra nullius. En revanche, la Cour conclut que les éléments et renseignements portés à sa connaissance n’établissent I’existence d’aucun lien de souveraineté territoriale entre le territoire du Sahara occidental d’une part, le Royaume du Maroc ou l’ensemble mauritanien d’autre part. Dans le même temps, la lutte armée du Front Polisario attaque par des incursions éclairs les forces marocaines et mauritaniennes qu’il considère comme de nouvelles forces d’occupation.

Le 14 août 1979, le Maroc annonce l’annexion de l’ancien territoire mauritanien. Article connexe : Statut du Sahara occidental. Sahara occidental, frontière des territoires contrôlés par le Front Polisario et le Maroc, près de Tifariti. Depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu de 1991, le statut final du Sahara occidental reste à déterminer. Depuis le départ des Espagnols, l’ONU considère que le Sahara occidental est un territoire sans administration.

En 2002, un avis de droit de Hans Corell, vice-secrétaire général aux questions de droit, conclut que le Maroc n’est pas la puissance administrante du territoire. En vertu de cette déclaration, les pouvoirs et responsabilités de l’Espagne, en tant que puissance administrante du territoire, ont été transférés à une administration tripartite temporaire. Le gouvernement de la RASD se réclame lui aussi puissance administrante du territoire. Ce pouvoir est revendiqué comme historique et légal par le Maroc sur cette partie du Sahara.

Le Maroc rejette les conclusions de l’avis consultatif de la Cour internationale de justice de 1975 : selon lui, la cour a commis une erreur d’interprétation en cherchant à utiliser un cadre juridique occidental. La question du Sahara occidental est également un facteur majeur de stabilité politique au Maroc : selon les autorités, le rattachement du territoire fait l’objet d’un consensus national, et un gouvernement qui agirait à l’encontre de ce consensus se heurterait immédiatement à une forte hostilité de la population. Aucun homme politique marocain ne peut hésiter sur la question. C’est un véritable consensus national imbrisable. Toujours selon Rabat, sans l’aide diplomatique, financière, militaire et logistique de l’Algérie, il n’y aurait pas de question sahraouie. Plus récemment, les marocains se sont concentrés sur un nouveau risque.