Dictionnaire de Theologie, Volume 3… PDF

Il développa et articula sa pensée dans un livre Théologie de la libération paru en 1972 qui est largement considéré comme le point de départ du courant théologique. La même année, le presbytérien Rubem Alves soutenait sa thèse, Dictionnaire de Theologie, Volume 3… PDF a theology of liberation. Pour la pratique, l’instrument d’analyse et d’observation utilisé est inspiré du marxisme, même si les théologiens de la libération se distancient quasiment tous de l’idéologie marxiste. Elle prône la libération des peuples et entend ainsi renouer avec la tradition chrétienne de solidarité.


Dans la tradition chrétienne, les pauvres ont tenu depuis les origines une place particulière : ils sont à la fois des modèles —  Bienheureux, vous qui êtes pauvres, parce que le royaume de Dieu est à vous. Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux ! La théologie de la libération dépasse ce point de vue, et propose non seulement de soulager les pauvres de leur pauvreté, mais aussi d’en faire les acteurs de leur propre libération. Amérique du Sud, se préoccupèrent de la façon dont les peuples indigènes, les noirs, ou tout simplement les pauvres ruraux et les masses urbaines étaient traités. Une tendance au renouvellement apparaît simultanément dans les églises. Elles accélèrent leur mission sociale : des laïcs commencent d’eux-mêmes à travailler parmi les pauvres, des évêques charismatiques et des prêtres encouragent les appels au progrès et à la modernisation de la nation. Le deuxième concile du Vatican, par la constitution pastorale  Gaudium et Spes , leur donna également de nombreuses justifications théoriques.

Ce tiers-mondisme fut un terreau d’expansion des cercles pastoraux, qui réclamèrent une rupture dans ces rapports de dépendance. Les groupes chrétiens devaient, pour cela, participer aux mouvements sociaux. Les premières réflexions qui allaient devenir la théologie de la libération avaient leurs origines dans un contexte de dialogue entre une Église et une société en pleine effervescence, entre la foi chrétienne et les désirs de transformation et de libération provenant des peuples. Le concile Vatican II fut propice à une atmosphère de liberté dans la réflexion théologique.