De l’Influence morale en médecine PDF

La théorie des méridiens sous-jacente au shiatsu n’a actuellement aucune reconnaissance scientifique et le shiatsu n’a jamais été démontré comme étant plus bénéfique qu’un de l’Influence morale en médecine PDF thérapeutique ne s’appuyant pas sur la médecine traditionnelle chinoise. Japon, de nombreuses techniques manuelles coexistaient sous différentes appellations. En formalisant le shiatsu, l’auteur avait à cœur de développer la thérapie manuelle et de la différencier de l’anma davantage orientée vers le bien-être. La pratique du shiatsu s’est ensuite diffusée à travers différents enseignants qui ont perfectionné le shiatsu en fonction de leur propre expérience.


De l’Influence morale en médecine, par M. Rollet,…
Date de l’édition originale : 1851
Appartient à l’ensemble documentaire : Aquit1

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Mais l’avenir de ces techniques s’est trouvé bouleversé par la Seconde Guerre mondiale et l’occupation américaine importe le système médical occidental au Japon en créant un pont commercial entre le Japon et l’Occident, notamment pour isoler le Japon de l’influence chinoise. Le shiatsu est ainsi reconnu en Autriche et en Suisse, notamment. Le shiatsu est utilisé pour lutter contre les effets du stress, diminuer les tensions, compléter un traitement médical, favoriser la récupération après un trauma. De très nombreuses écoles existant encore à la fin des années 1970 ont aujourd’hui disparu avec leurs chefs de file.

Le shiatsu Masunaga ou  Zen Shiatsu . Il estima qu’en apportant la théorie de la médecine traditionnelle chinoise au shiatsu, on gagnerait en efficacité dans le soin. Le shiatsu de Ryotan Tokuda s’inscrit dans une lignée de docteurs en médecine chinoise traditionnelle et shiatsu. Le shiatsu du visage est un soin de bien-être, dont l’action se concentre sur les zones d’acupuncture du visage. Tokujirō Namikoshi crée sa propre école de shiatsu, parmi bien d’autres courants, en 1940. Il demande à son fils Toru de se former à la chiropraxie aux États-Unis et l’intègre à sa pratique.

Il est certainement, de ce fait, le shiatsu le plus répandu dans le monde, et se veut avant tout une technique du toucher. Namikoshi père et fils étaient d’ailleurs présents aux funérailles du professeur, à Omiya. Japan Shiatsu College en 1949 sous la direction de Tokujiro Namikoshi, puis enseignant dans cette même école, il s’en est éloigné pour fonder son propre style. Son apprentissage nécessite une bonne compréhension de la médecine traditionnelle chinoise et des tableaux pathologiques élaborés par Masunaga. Le shiatsu Masunaga peut répondre à une demande de bien-être ou d’accompagnement thérapeutique selon le niveau de compétence et l’orientation du praticien.

Le shiatsu Masunaga est connu aujourd’hui à travers le monde sous le nom de « Zen shiatsu » ou « Iokaï shiatsu ». C’est un style de shiatsu développé par Hiroshi Iwaoka. L’innovation majeure se trouve dans la correspondance établie entre  médecine énergétique  et  médecine mécaniste . Ainsi la myo- énergétique estime que la cause première du déséquilibre de la santé de l’individu dépasse le déséquilibre organique ou viscéral, et réside dans le déséquilibre postural.

Le shiatsu macrobiotique développé par Shizuko Yamamoto se caractérise par deux principaux points : l’alimentation macrobiotique comme complément de traitement et l’utilisation des pieds, lors de manœuvres spécifiques, pour exercer des pressions sur certaines masses musculaires du receveur, comme les fesses. L’Ohashiatsu de Maître Wataru Ohashi est le prolongement de l’enseignement de Shizuto Masunaga. Le travail énergétique, la détente et le bien-être du praticien et du receveur est au cœur de l’Ohashi shiatsu. C’est une pratique qui comprend des techniques, des exercices, des méditations et aussi la philosophie orientale du soin. Une séance d’Ohashi shiatsu implique le corps, le mental et l’esprit.

Les composantes psychologiques et spirituelles sont intégrées de ce style de shiatsu. La qualité d’une séance va dépendre de l’habileté technique du praticien mais aussi de l’empathie de ce dernier et de la relation qui s’établit entre le praticien et le receveur. L’empathie, la compassion et le respect sont des qualités fondamentales de ce style de shiatsu. C’est la pratique la plus adaptée aux Occidentaux et est dispensée dans nombre de pays, aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Le Shiatsu-Yin a été créé par Takeuchi Nobuyuki, médecin, acupuncteur et fondateur de la clinique Akahigedo à Tokyo. L’Akahigedo est un centre de médecine orientale créé au cœur de Tokyo, dans le quartier de Yoyogi, il y a presque 40 ans. Il est un des centres les plus connus du Japon pour son originalité et son approche.