David Hockney, dialogue avec Picasso : Exposition, Musée Picasso, Paris (10 février-3 mai 1999) PDF

Sa Nature morte à la mandoline, datant de 1957, constitue la première manifestation de son œuvre inspirée de l’art précolombien et populaire. Fernando Botero n’a que quatre ans lorsque son père, agent de commerce david Hockney, dialogue avec Picasso : Exposition, Musée Picasso, Paris (10 février-3 mai 1999) PDF gagnait sa vie en parcourant à cheval la région de Medellín, meurt prématurément. Aidé par un de ses oncles, sa mère continue à l’élever avec ses deux frères.


Catalogue de l’exposition présentée au Musée Picasso à Paris jusqu’au 3 mai 1999. Tout au long de sa carrière David Hockney a rendu hommage à Picasso et réinterprété de façon toute personnelle l’art du cubisme. Le cubisme est affaire de perception et de représentation du réel. Le désir de représenter est très fort en nous, nous représentons le monde afin de mieux le comprendre… « .

En 1944, le jeune Fernando est inscrit par son oncle, adepte passionné de corrida, dans une école taurine où il passe deux années. Cependant, il reste fasciné par l’univers de la tauromachie et ses premiers dessins ont pour objet principal des toreros et des taureaux. Il peint ainsi plusieurs tableaux ayant pour thèmes les corridas, particulièrement lors des années 1980. Il termine ses études au collège San José, à Marinilla, ville proche de Medellín, puis au lycée de l’Université d’Antioquia.

En janvier 1951, il s’envole pour la capitale, Bogota, où il fréquente diverses personnalités telles que l’écrivain colombien Jorge Zalamea. Lors d’une deuxième exposition réalisée en mai 1952 par la même galerie, Botero présente les œuvres qu’il a réalisées sur la côte des Caraïbes. Le musée du Prado, à Madrid. Puis il part en Italie, dans la ville de Florence, où il est admis à l’Académie San Marco. En mars 1955, Fernando Botero décide de retourner à Bogota. En décembre, il se marie avec Gloria Zea.

En 1957, avec le tableau Nature morte à la mandoline, l’artiste découvre, pour la première fois, la possibilité de dilater les formes et d’exagérer les volumes. Il trouve ainsi un style qui lui est propre. En mai 1957, à Bogota, il remporte le deuxième prix du dixième Salon des artistes colombiens pour sa peinture intitulée Contrepoint. 1960, année qui voit la naissance de son deuxième fils, Juan Carlos.

Finalement, Botero obtient le premier prix pour cette œuvre, le jury ayant reconsidéré son verdict à la suite de la vague de protestations engendrée par sa décision dans la presse et le monde artistique de Bogota. En 1960, Botero quitte la Colombie pour la troisième fois et part vivre à New York. La même année, après un peu moins de cinq ans de vie commune, il quitte sa femme. Fernando a peinte en 1959 et qui est une parodie de La Joconde de Léonard de Vinci. En 1964, l’artiste épouse Cecilia Zambrano avant de divorcer en 1975. Il étudie l’art du peintre baroque flamand Pierre Paul Rubens et réalise quatre tableaux d’après des portraits d’Hélène Fourment. 1967, Botero voyage régulièrement entre la Colombie, New York et l’Europe.