Ce grand malade : Sarkozy vu par la presse européenne PDF

Francis Szpiner et moi devons-nous être poursuivis disciplinairement ? En ce grand malade : Sarkozy vu par la presse européenne PDF, rien ne s’y oppose.


 » Ce grand malade  » : c’est ainsi que le quotidien espagnol El Pais qualifiait le président de la République française dans un article paru en février 2008. Un président malade de l’ego, comme l’a montré sa première année de mandat, au cours de laquelle il a davantage fait la une de la presse en raison de sa vie privée et de son style  » bling-bling  » que pour sa politique. Ce jugement abrupt illustre-t-il la vision des journaux européens dans leur ensemble depuis le 6 mai 2007 ? Impitoyables, leurs commentaires sur ce début de règne agité le sont assurément. Certes, la presse anglo-saxonne en particulier a rarement été tendre avec la France. Mais jamais sans doute un président de la Ve République n’a été autant et si vite critiqué, vilipendé, éreinté par la presse internationale, à un moment où les médias français étaient encore sous le charme du nouvel élu. En réalité, comme des millions de nos concitoyens, les journalistes européens, dont beaucoup étaient au départ séduits par la promesse de rupture de Nicolas Sarkozy, ont été déçus dans leurs attentes. A travers les principaux événements, publics et privés, qui ont émaillé la première année de l' » ère Sarkozy « . – de la libération des infirmières bulgares au divorce du président et à son remariage, en passant par les élections municipales et la visite d’Etat à Londres -, Pierre-Edouard Deldique laisse parler les journalistes européens, reprenant notamment des extraits de leurs articles écrits  » sur le vif « . En ressort l’image d’une Europe inquiète de voir un homme tant affaibli dans son propre pays prendre, pour six mois, le gouvernail du paquebot UE.

Sur ce, bonnes vacances à vous. Et pourtant rien, pas un mot de cela par l’avocat de la partie civile et la famille Halimi elle-même. Si certains ont des infos pertinentes à ce sujet je suis preneur. Szpiner n’aurait pas voulu faire référence au passé de la famille de M.

Bilger, il n’avait pas à insulter publiquement l’avocat général et les confrères qui ont participé au même procès que lui. Pour les autres, l’avocat général a requis la bienveillance de la cour pour Muriel I. Extrait du blog Elsa Vigoureux – nouvelobs. Si procédure disciplinaire il y a, il suffira de déposer un recours pour un motif quelconque devant la Cour européenne des droits de l’homme et de demander un sursis à statuer, le temps qu’elle se prononce. Mais il ne suffit pas de le faire pour que ça marche. Passez en de bonnes, à la rentrée, tout repartira sur les chapeaux de roue.