Arlequin balourd PDF

Marivaux, dans cette comédie aux dialogues arlequin balourd PDF, questionne l’ordre établi et les préjugés sociaux en inversant les rapports maîtres-valets. Le double jeu de masques engendre complications et quiproquos, et ce sont finalement les femmes qui s’en sortent le mieux. Silvia, fille de Monsieur Orgon et sœur de Mario, est inquiète à la perspective d’épouser Dorante, un jeune homme qu’elle ne connaît pas.


Arlequin balourd, comédie italienne en cinq actes…
Date de l’édition originale : 1719

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Lorsqu’elle apprend sa venue, elle obtient de son père l’autorisation de prendre le rôle de sa femme de chambre, Lisette, afin de pouvoir étudier plus à son aise le caractère de son prétendant. Dès que Dorante arrive sous son travesti, Mario veut que Silvia et lui se tutoient, selon l’usage des serviteurs, ce qui les gêne bien un peu au début. Sous son déguisement de soubrette, Dorante trouve Silvia charmante et il lui fait un brin de cour en lui adressant une série de compliments des mieux tournés. Obligée, de son côté, de souffrir ces assiduités pour ne pas se trahir, Silvia finit par y prendre goût et par regretter que le prétendu valet n’ait pas une meilleure situation sociale. Lisette, quant à elle, est enchantée du faux Dorante et prie Monsieur Orgon, le père, de la dispenser de continuer, parce qu’elle prendra cet amour au sérieux. En effet, dès la seconde entrevue, on s’est dit qu’on s’aime, tout en se prévenant mutuellement qu’il y aura peut-être à en rabattre lorsqu’on se connaîtra mieux. Lisette, de son côté, fait entendre à Silvia qu’elle-même va bien loin avec le valet.

Dorante, lassé de ce jeu cruel, avoue le stratagème à Silvia. Conscient que sa position sociale lui interdit d’épouser une servante, il ne peut cependant se défendre de l’aimer. Soulagée d’apprendre qu’elle est tombée amoureuse du vrai Dorante, Silvia lance alors un ultime défi : Mario, à sa demande, prétend avoir pour elle de l’attirance. Dorante est troublé par ce rival et la réponse de Silvia qui ne dément pas les propos de Mario. Un laquais apparaît au tout début de l’histoire. Le Jeu de l’amour et du hasard présente ainsi une double intrigue : d’abord celle qui met en présence Arlequin et Lisette, les valets travestis en  personnes de condition  en prenant l’identité de leurs maîtres. Monsieur Orgon, le père de Silvia, est indulgent, compréhensif et affectueux, malgré sa malice.

Il guide le jeu de l’amour et du hasard, tout en laissant sa fille faire ses preuves. Avec la complicité de Mario, son fils, il la pousse même à aller jusqu’au bout de son expérience. Le public lui réserva un bon accueil. Il y eut quinze représentations entre le 23 janvier et le 25 février 1730, avec, en moyenne 620 spectateurs. La pièce, jouée à Versailles le 28 janvier, y fut aussi  très goûtée . Entre sa création et 1750, le Jeu , que les Italiens étaient toujours prêts à représenter au pied levé, bénéficia de cent deux représentations recensées et d’un total de 42 000 spectateurs. Dans cette dernière traduction, fortement germanisée, de J.