2011, la France à quitte ou double PDF

Please forward this error screen to web-wb-11. Sur une année, parmi le total des tués, les accidents domicile-travail ont tué 359 personnes. Les tués lors des accidents de trajet sont également comptés par Ameli parallèlement aux accidents du travail en France pour 2011, la France à quitte ou double PDF la Santé et sécurité au travail.


En France nous adorons les idées mais n’allons pas jusqu au bout. Nous sentons qu’il faut beaucoup changer, mais n’osons pas briser les tabous. Nous rêvons que nous sommes des révolutionnaires et que notre lumière va éclairer le monde, mais nous abaissons vite l’abat-jour, pour passer au débat de salon. Nous savons bien que notre dette devient insupportable et que notre système social est en train d’imploser. Nos enfants paieront la dette ? Non, c est maintenant ! Alors, c’est l’inflation qui va payer ? Non, juste aggraver le problème !
Nous avons 6 000 dispositifs pour redistribuer 65 milliards d’aides. Tout ça pour ça ? Le Grenelle de l’environnement était une belle idée pour inventer le monde de demain. Mais nous n avons pas vraiment voulu nous dire ce qu’il fallait faire et combien ça coûterait. Les 35 heures étaient une opportunité pour poser la question de la place du travail dans la vie, avec la liberté de choisir, et d’ouvrir le débat des retraites. 35 heures ? C’est devenu compter les RTT. Sauver les retraites ? C’est compter les manifestants plus que les milliards de déficits.
La crise des dettes publiques commence, nous le savons. Mais, grâce à la méthode Coué, invention française, nous voulons espérer le contraire. Quelle pression va nous ouvrir les yeux? À l’heure du débat sur la prochaine élection présidentielle et sur la prochaine législature, il y a urgence à retrouver un peu de bon sens. La France a des atouts considérables : elle crée 580 000 entreprises en 2010, elle a des champions mondiaux, les Français ont du talent et de l’énergie à revendre. Encore faut-il se réveiller. Nous avons encore notre destin en main : pour combien de temps ?
Voici deux heures de lecture pour nous poser les bonnes questions, si nous ne voulons pas que d’autres nous imposent leurs réponses.

Un choc entre un véhicule et un deux-roues peut avoir les mêmes conséquences, mais en plus, ce dernier chutera, avec le grand risque que les conséquences du choc soient aggravées par celles de la chute. Le premier accident notifié d’un véhicule automobile fut celui du fardier de Cugnot. Selon de nombreux témoignages et correspondances, celui-ci eut lieu en avril 1770, sans qu’on sache si c’était à Paris ou à Vanves. L’auteur de l’homicide, le conducteur d’une voiture de maître a renversé  un malheureux étranger et lui a écrasé la tête  et n’a jamais été retrouvé, mais fait curieux, des rumeurs non fondées accusèrent une aristocrate.

Une fois comparées et croisées, ces données permettent de mesurer la fréquence des accidents en fonction des situations. Dans la mesure du possible, elles prennent en compte l’exposition au risque, c’est-à-dire le nombre de kilomètres parcourus. L’InVS estime à 514 300 le nombre de blessés annuels. Afin de faciliter les comparaisons internationales, en France le comité interministériel de la sécurité routière du 7 juillet 2004 a adopté le principe d’une harmonisation des définitions de la gravité retenues dans le fichier national des accidents corporels avec celles adoptées par nos principaux voisins européens.

Un accident corporel implique un certain nombre d’usagers. 2004 les statistiques ne faisaient état que de tués dans les 6 jours. Pour comparer avec les voisins européens, on multipliait par le coefficient 1,057. Depuis 2005 ce coefficient a été revu à la hausse à 1,069. Entre 2000 et 2012, les trois quarts des tués étaient des hommes et un quart de femmes.

En France, il y a huit personnes blessées pour une personne tuée. Note : la baisse du taux nation et l’augmentation du taux département peut éventuellement s’expliquer par un transfert de routes de la nation aux départements, jusqu’en 2007. Article détaillé : Évolution détaillée des accidents routiers en France métropolitaine. La première statistique des décès occasionnés sur les routes françaises métropolitaines a eu lieu en 1948. Depuis 1960, au moins 350 000 personnes sont mortes des suites d’un accident de la route en France. Le maximum annuel est atteint en 1972 avec 18 034 morts officiels. Nombre de morts sur les routes de France de 1960 à 2017.